JUIN 2019 ► Réouverture officielle du forum. Nous sommes des gentils < sauf les vampires > et on ne mord pas < sauf les vampires, encore > alors rejoignez nous vite ♥
JUILLET 2017 ► Ouverture officielle du forum.
Design et codage par Gabriel Stevens. Certains codages proviennent du forum CRUSH. Le contexte et les textes ont été écrit par Gabriel Stevens avec l'aide de Megumi Khan. Toute reproduction, même partielle est interdite.


 

 :: L'administration & co. :: Quand on se présente :: Faire sa carte d'identité :: Les anciens Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lewis White [BLOOD O]
Cece Vespucci
Age : 24 ans
Age vampire : 769 ans
Messages : 29
Logement : [url=]lien du logement[/url].
Lun 3 Juil - 22:47
Lewis White
HUMAIN
“ Reste avec moi. Ne pars pas. ”
Mon Caractère -
Je ne suis pas un ange, mais je ne suis pas un diable non plus. Comme chaque être humain – ou vile créature – habitant la planète Terre ; il se trouve que je possède un caractère. Sûrement allez-vous le trouver commun à mes semblables. Pourtant, il vous suffirait d’une interaction avec moi pour me rendre unique. Je vous l’assure. Je suis unique en mon genre. Personne ne me ressemble ; comme personne ne vous ressemble. Sauf votre sosie, mais ça reste physiquement la plupart du temps.


J’ai souvent tendance
À passer par quatre chemins
Veuillez m’accorder votre indulgence.
Si cela arrive.


Me voilà. Je suis prêt à vous parler de moi. J’ai longuement médité, me demandant ce que je pourrais vous conter à mon sujet. Qui suis-je ? Que fais-je dans la vie ? Toutes ces informations vous intéressent tant, tandis que je me sens bien navré de devoir vous faire attendre. Nous allons tout d’abord nous concentrer sur ma mentalité. Quelles sont mes pensées ? Quels adjectifs me qualifient ?

Possessif. Oui. J’ai également des défauts et il se pourrait que je commence par là. En réalité ; tout est mélangé. Il n’y a pas d’ordre dans un caractère. Donc revenons-en à ce trait. Je suis, étonnement, possessif. Ce qui est à moi n’est pas à vous. Par contre, c’est négociable dans l’autre sens. Ce qui est à vous peut très bien devenir à moi. Comment ça, ça n’est pas équitable ? Bien sûr que si, ça l’est ! Je n’aime pas qu’une personne dont je suis fortement attaché se retrouve dans les bras d’une ordure. À moi, c’est tout.

Malgré ce petit inconvénient ; je suis très attentionné. En particulier envers les personnes qui m’appartiennent. Dont je suis fortement attaché, si tu préfères. J’aime être près des autres, les consoler lorsqu’ils ne vont pas très bien, les câliner. Je serais capable de faire des concessions pour mes amis. On me dit que je me fais souvent manipuler à cause de ça. Qu’en sais-je ? Si vous n’êtes guère un ami, pourquoi continuez-vous à prendre le malin plaisir de me garder à vos côtés ? Je ne suis pas une chose ; je suis un être humain. J’ai aussi besoin qu’on fasse attention à moi, qu’on me chouchoute de temps en temps. Ça me fait plaisir – je rends !

Bon public, mais vachement susceptible. J’accepte de rire à vos blagues ; à condition qu’elles ne soient pas en lien avec ma petite personne. Je ne supporte pas ça. Je crains constamment être sujet à des moqueries. “ Oh, pauvre britannique ! ” Ouais. Pauvre britannique. Me moquer des autres, je ne trouve pas toujours ça plaisant. Mais je ris bêtement aux blagues. Pour donner l’impression à mon interlocuteur qu’il est drôle. Ma logique est imparable… c’était une plaisanterie. Ah, oui. J’ai un humour de merde.

Ce qui va souvent avec “ possessif ” ; je l’ai. Jaloux. Terriblement jaloux. J’ai tendance à ne plus parler lorsque je fais la tête. Ou bien je pète un câble, mais on me dit que je ne suis pas crédible. Il suffit d’une blague pour me décoincer, après tout. Pour autant, je ne suis pas naïf, ni innocent. C’est uniquement que j’aime faire plaisir aux autres. Je les fais passer avant moi. C’est tout. Ne me contrariez pas. S’il vous plaît !

Je suis assez tactile ; j’adore faire des câlins. Tout ça. J’aime, j’approuve. J’adore plus particulièrement les cheveux ; je joue avec les mèches rebelles. Et le regard. Je pourrais observer quelqu’un dans les yeux pendant toute une journée si on m’en donnait l’occasion. Oui, je sais. J’ai des goûts assez étranges. Mais, n’ayez crainte, je n’ai encore jamais avalé un œil de ma vie ! Et je ne dévore pas non plus les cheveux.

Peureux, bien entendu. Mais on va dire qu’étant donné que je suis fidèle, ça fonctionne assez bien. Je vous suivrai même dans les aventures les plus abracadabrantesques. À mes risques et périls, oui madame. Ou pas, mais on garde ce secret entre nous. Je peux me dégonfler assez vite, comme je peux surmonter ma peur.


Le Noir. L’Obscurité. Les Ténèbres.
C’est ma plus grande peur.
Ne vous moquez pas.
J’suis fragile, d’accord !


Et ne me laissez surtout pas tout seul dans le noir. Sous aucun prétexte. Vous êtes prévenus. Sinon, je me recroqueville sur moi-même et je ne bouge plus. Plus du tout, même.
25 y.o.
Britannique.
Homosexuel.
Barman.
1m68.
55 kilogrammes.
Yeux gris.
Cheveux brun foncé.
A facilement des ecchymoses.
Validé par Gabriel
Katekyo Hitman Reborn ! ◄ Kyoya Hibari ► Lewis White.


Mon Histoire -
J’étais installé confortablement dans le canapé de mes parents, lisant un journal magasine à défaut d’une télévision qui fonctionnait correctement. Chez eux, il y avait toujours un problème d’Internet, de Wi-Fi. Je n’aimais pas me rendre là-bas. Juste pour ça. Mais je les aimais ; ils restaient mes parents, même sans Internet. De plus, en tant que fils unique, je me devais de leur rendre visite de temps en temps. Pour leur faire plaisir.


C’est là que sans prévenir,
La révélation éclata
Dans le salon.


“ Installe-toi ailleurs. ” Je ne comprenais pas. Je vivais pourtant dans un minuscule studio qui me coûtait extrêmement cher et ils voulaient que je quitte la maison ? J’avais froncé les sourcils d’incompréhension. Je ne vivais plus avec eux depuis mes vingt-et-un ans ! Il était hors de question, de toute manière, que je fasse mes adieux à ma famille. J’avais de tout, à Londres. Amis, famille, ennemis. Et des connaissances, mais ça on s’en fiche un peu en fait.

Et je me suis senti assez bête. “ On t’a acheté un billet pour le Japon. ” Le Japon ? Je connaissais la langue grâce à ma passion d’autrefois pour leur culture. Mais je ne voulais sûrement pas vivre là-bas. Et les tremblements de terre ? Et les tsunamis ? Ils y ont pensé ? Ils veulent me tuer ? Mon géniteur a sorti un billet d’un tiroir et me l’a donné. Merde. Ce n’était pas une blague ; ils l’ont réellement fait.


Billet en main,
Je rentrais chez moi
Tel un mec bourré.


Bourré d’informations inutiles. J’avais une vie, ici. Un gars me plaisait. Craquant, en plus. Je l’avais rencontré là où je travaillais. Bordel, j’avais une vie stable à Londres. Et mes géniteurs voulaient que je quitte l’Angleterre pour m’installer au Japon ? J’avais toujours eu une conscience aveugle en eux. Lorsqu’ils parlaient, ils devenaient Dieu à mes yeux. Bon. Pas de trop, non plus. Je restais un catholique pratiquant, quand même.

Une fois au studio – minuscule ! – je m’installais tout de suite sur mon petit lit. Je pars pour le Japon. Le Japon. Je partais dans un mois. Ça me laissait un peu de temps pour faire le ménage ici, rendre les clefs du studio et faire mes valises. Génial. Je détestais faire les valises. Ça me gonflait, sincèrement. Pourquoi ont-ils eu cette idée ridicule ? Je me sens trahi par mes propres parents.


Un mois plus tard,
Je me trouvais au Japon.
Seul au monde.


Je suis sûr que vous n’avez jamais vu un gars aussi perdu que moi. Mon père m’avait laissé une enveloppe avant mon départ. Merci papa ! Il m’avait donné un peu d’argent, rien de spécial. Et une recommandation pour une ville. Je partais en direction de Mihara, comme je le pouvais. Du mieux que je le pouvais, plutôt. Je galérais. Mon accent anglais me faisait par moment défaut, mais je suppose que les japonais font l’impasse sur les occidentaux.


Merci maman, merci papa.
J’ai atterri dans une ville…
De malade.


Des histoires surnaturels ? En veux-tu, en voilà.
Ça foutait sérieusement les chocottes, ce que j’entendais dans la rue. “ Vampire, vampire, vampire. ” Je crois que c’est le mot que j’ai le plus capté dans les petits bars. Il fallait dire que j’avais réussi à me faire embaucher quelques semaines après mon arrivé ici, à errer partout tel un sans abri.

Revenir en haut Aller en bas
M. Le Maire
Messages : 152
Voir le profil de l'utilisateur




M. Le Maire
PNJ de Mihara
Lun 3 Juil - 23:01
Le membre 'Gabriel Stevens' a effectué l'action suivante : Es-tu chanceux ?


#1 'Groupe humain' :
Lewis White [BLOOD O] 1498839892-blood-o

--------------------------------

#2 'Influençabilité' :
Lewis White [BLOOD O] 1498840317-1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mihara :: L'administration & co. :: Quand on se présente :: Faire sa carte d'identité :: Les anciens-
Sauter vers: