Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Noah A. Miller! Pour votre information, j'occupe le poste de Modératrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
TOP-VOTEUR ◄ NAOKI WEIDMANN ► Bravo, tu les as eu tes deux places sur la PA héhé Profite bien de ce moment, cela ne durera pas é_è Je crois encore au fait qu'Aaron puisse un jour arriver premier pour les votes o/
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Gabriel Stevens ! Pour votre information, j'occupe le poste de Fondatrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Megumi Khan ! Pour votre information, j'occupe le poste d'Administratrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Lewis White ! Pour votre information, j'occupe le poste d'Administratrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
TOP-POSTEUR ◄ NAOKI WEIDMANN ► Ce mois-ci, tu obtiens la première place pour les votes, et tu arrives première ici ! Yeah *lance des fleurs* Toutes mes félicitations Monsieur le policier o/ Des bi'ous ♥
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Aloïs H. Kreutz ! Pour votre information, j'occupe le poste de Modérateur et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
News # 4 - Le Mihamag #3 vient d'être publié, vous pouvez aller le lire en suivant ce lien, et le commenter sur ce lien ! J'espère qu'il vous plaira et que vous nous aiderez à l'améliorer !
News # 3 - Le recensement s'est terminé le 20 septembre 2017 et 19 membres ont été supprimés. =/
News # 2 - Je vous informe que nous avons, depuis le 15 août déjà, 3 nouveaux membres dans la staff et qui occupent pour Aloïs et Noah le rôle de modérateur et pour Lewis le rôle d'administrateur ! Merci de les respecter ♥
News # 1 - Le forum a ouvert ses portes le 01/07/2017. Nous sommes des gentils < sauf les vampires > et on ne mord pas < sauf les vampires, encore > alors rejoignez nous vite ♥










 

 :: L'administration :: Quand on se présente :: Faire sa carte d'identité :: Les validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
< délai 06/09 > Aleksey Mikhaïlov - ♔
avatar
Age : 27 ans
Age vampire : 927 ans
Messages : 17
Quartier : Quartier xxx
Date d'inscription : 14/08/2017
Mar 22 Aoû - 23:04
Aleksey Mikhaïlov
VAMPIRE
« End of passion play, crumbling away. I'm your source of self-destruction. Veins that pump with fear, sucking darkest clear. Leading on your deaths. construction. »
Mon Caractère -
Tout être vivant possède un instinct naturel qui définit généralement son aspect. Un instinct qui le forge à la racine de son existence. Certains parviennent à s'en égarer mais cela ne perdure jamais. Le temps est un allié précieux, affuté et rusé. Le berceau de l'infamie de ce monde frelaté, ce mythe nocturne, ces êtres quidam. Aleksey est une créature vide, lassé et ennuyé de ce monde. Finaud, il n'a qu'un seul dessein, l'amusement et la distraction jusqu'à sa propre destruction. Manipulateur, il tend la main pour vous présenter un poignard de l'autre. Il gouverne sans aucun bon sens, au gré de ses désirs et dans le chaos le plus total. Tantôt discret, tantôt indécent, il est l'allégorie des pêchés, le diable pour ces dévots. Irrationnel ? Sans nul doute. Après tout, il n'est pas rationnel de se dissimuler et s'exiler lorsque l'on possède des attributs tant jalousés. Ses iris verdoyants sont l'allégorie parfaite de la forêt endormie, qui peut à tout moment devenir bruyante et profondément dangereuse. Le serpent s'y cache et n'attend pas toujours une proie, il chasse. Lui seul comprend la valeur du temps et l'importance de chaque seconde d'une vie humaine. Dieu n'existe pas, c'est une évidence et la vie est la seule chose que chaque être possède. Ôter ne serait-ce qu'une seule vie est un acte délicat mais pourtant si jouissif. Un sentiment qui dévore son âme et le rassasie au-delà d'un délicieux verre de cruor. Voir la peur qu'il inspire chez sa victime, c'est ce pourquoi il existe.. Il ne se lasse jamais des supplices et des pleurs qui précèdent un corps qui chute. Une créature assoiffée de vie et de plaisir. La vie dans la mort. Incontestablement aussi détestable et estimé que le temps qui court. Une âme damnée et torturée dans le monde de la nuit.
Age humain : 27 ans.
Age vampire : 927 ans.
Nationalité : Russe.
Sexualité : Hétérosexuel.
Métier : Propriétaire d'un bar à hôtesse.
Taille : 186 cm.
Poids : 84 Kg.
Yeux : Emeraude.
Cheveux : Grisés.
Validé par Lewis
Gintama ◄ Sakata Gintoki ► Aleksey Mikhaïlov


Mon Histoire -


Russinie – 1103

Il était calme et pragmatique. D'une classe légendaire, il inspirait le respect pour ses compères, ses serviteurs mais également sa propre famille. Mon père était l'être auquel j'aspirais étant petit. J'adorais regarder avec stupéfaction la blancheur de sa peau, si parfaite, sans le moindre défaut et de nouveau la splendeur de ses yeux qui reflétaient une lumière irréelle, inhumaine. Ô souvenirs torturants. Sa voix vibrante et profonde me glaçait le sang dès que je l'entendais dire mon nom. La plupart du temps, c'était pour me remonter les bretelles, me rappeler ma position en tant que privilégié. Il n'aimait guère la proximité que j'entretenais avec nos servants. Une famille de servants eux aussi créatures nocturnes, les Czajkowski. À l'époque, je pensais que nous étions tous égaux. J'avais tort. Je m'efforçais de suivre ses ordres, il m'effrayait. Au début, ses attentes envers moi étaient simples, rien d'inaccessible. Par la suite, au fil des âges, il en demandait plus, toujours plus. J'eus rapidement compris ce qu'il cherchait à faire, me modeler à sa manière. Il voulait que je sois aussi inhumain que lui. Le temps n'était pas un facteur à problèmes, nous avions l'éternité. Il ne fallut pourtant que quelques dizaines d'années pour que je devienne aussi obsessionnel et débridé que cet homme. La raison est simple, j'étais beaucoup plus passionné que lui. Je ne me nourrissais plus par besoin mais par aversion. Les êtres humains n'étaient plus que des sacs de sang ambulants. Leurs guerres m'amusaient et je me languissais de la suivante. Il était amusant de façonner son propre mythe et inspirer la terreur dans le cœur des gens. Plus personne n'était mon égal, pas même nos servants que j'affectionnais tant par le passé.

Seule une personne conjurait toute cette concupiscence et cette tentation malsaine que j'habitais. Son sourire à lui seul soulageait les quelques peines que je pouvais avoir. Elle était un véritable rayon de soleil à mes yeux. Et pourtant… Mère était la pire. Un visage d'ange et une peau si douce dissimulaient un véritable monstre intérieur. Plus tyrannique et encore plus avide que père. Plus vieille que lui aussi et cela de plusieurs centaines d'années.. Elle prônait un rôle secondaire dans la famille et ne prenait aucune grande décision mais personne n'osait l'affronter et ce quelle que soit la raison. J'ai toujours cru ressembler à mon père en tout point, avec une plus grande folie. Ce n'est que bien des années plus tard que j'ai compris que c'était d'elle que je tenais tout. Lorsque père nous le permettait, nous partions tous les deux à travers le monde. Elle tenait fermement à ce que je foule le sol de chaque continent, chaque pays, chaque ville, chaque région, tout, absolument tout. Nous marchions et naviguons partout. J'aimais écouter ses récits, son histoire au fil du temps. De sa première visite du temple d'Osiris à la lutte des esclaves romains et j'en passe. Elle m'instruisait et j'adorais ça. Des histoires où elle se repaît de sang. Des histoires à la fois troublantes et terrifiantes. Elle me donnait l'espoir d'une nouvelle vie.


France - 1380

Le bruit des balles me siffle dans les oreilles. L’odeur du sang et de la poudre inondent l’atmosphère. Les hommes hurlent, ils se déchainent et ont soif d’infamie. La mer était houleuse en cette journée grisée par la fumée des canons. Lorsque la maladie et la faim ne décimaient pas un équipage laissant un navire empestant l’odeur putride des cadavres pourrissants et décomposés, la rencontre avec un autre navire s’en chargeait. Le vaisseau qui nous bombardait était bien malchanceux de tomber sur nous. Nous n’étions pas mieux équipés. Nous n’étions pas plus nombreux et encore moins aussi préparés qu’eux. Seulement, j’étais là. Loin d’être arrogant ou même imbu de ma petite personne. La vie est cependant ce qu’elle est. La biche va inéluctablement fuir le loup et ce même si c’est la première fois qu’elle le rencontre. L’instinct naturel. Elle ne peut rien y faire, elle ne peut refuser ce destin. L’homme aussi primitif soit-il, ne peut rien contre son prédateur. D’une élancée et puis d’une autre, mes canines pénètrent leur nuque et je les vide de le sang. Plus qu’il ne m’en faut. Une quantité excessive et j’aime cette sensation. Faire valser leur tête d’un revers de la main serait plus rapide mais il n’est en rien plus amusant. J’aurais pu faire ça toute la nuit mais le nombre de pirates chute rapidement et le dernier encore en vie chute rapidement sans vie à mes pieds, deux trous symétriques apparents.

J’ai depuis longtemps quitter le palais familiale pour vivre de mes propres ailes, comme elle me le conseillait. J’y reviens toutes les décennies et entre-temps, je m’amuse par-delà le monde. J’ai adoré l’architecture chinoise et leur culture bien particulière. L’Egypte n’est pas en reste avec ses temples tout aussi magnifiques les uns que les autres même sur leur astre solaire est des plus mortel. L’océan était pour l’instant une bonne expérience. La découverte en mer et l’arrêt aux ports pour des découvertes encore plus croustillantes. Je jouissais des femmes enivrantes en les ensorcelant de mes récits. Elle étaient toutes d’un charme délicieux et à chaque coup je ne pouvais m’empêcher d’imaginer les paroles de mon père. Il me tuerait s’il me voyait m’amuser de ces catins de bas étages. Cette prestance royale, elle s’était envolée depuis bien longtemps. Je me délectais des vices de ce monde. Il eut une fois où le prédateur devint la proie d’un autre. Ce fut l’unique fois où j’ai été chassé. Elle s’appelait Anna. Une humaine aux traits fins, à la peau hâlée et à la chevelure corbeau. Elle était une déesse paris ses semblables. Aussi belle et envoûtante dans tous les cas. Tout homme était séduit et captivé par sa beauté. Je ne faisais pas exception à la règle. J’ai juré depuis qu’il s’agissait de la dernière fois qu’une femme aurait tant d’emprise sur cet être éternel.

Je la prenais pour une catin, comme toutes les autres. Je pensais la fasciner avec mes histoires. Je pensais la dominer par mon charme inexplicable. Il n’en était rien. Une comédienne hors pair et lorsque je m’apprêtais à faire profiter la taverne d’une douce mélodie criarde et enjouée, un premier coup de poignard me fut donné au centre de mon thorax. Un second et puis un troisième à l’estomac. Un géniteur m’avait appris la douleur, je m’y étais depuis longtemps accommodé. Et puis, ces blessures allaient rapidement guérir. Toutefois, j’étais effrayé par cette femme avant d’être troublé et intéressé. ≪ Tu as baisé ma mère avant de la vider de son sang, démon ! ≫ Elle venait de me poignarder mais elle tremblait d’effroi. Les explications vinrent par la suite. Six années qu’elle me traquait en Europe. Six années qu’elle emmagasinait cette haine envers moi. Elle venait de tout donner dans ces trois coups de couteau. Un acte de bravoure. Un acte stupide. Il me fallut pas moins de quelques minutes pour reprendre le dessus sur la situation. Mes crocs dans sa nuque valurent plus de milles mots. Assez de sang pour la laisser en vie, juste assez pour la garder consciente. J’ai une nouvelle fois expérimenté les vices que m’offraient cette vie. Aucun cri n’échappait de sa bouche, seul le fracas de mon bassin contre le sien. Par le flot d’un plasma raisiné le long de sa cuisse, je su qu’elle aussi découvrait une réalité nouvelle. Son corps termina comme beaucoup d’autres, sans vie, à mes pieds.



Moscou - 1477

Drapée de sa magnifique robe blanche immaculée en parfaite harmonie avec sa chevelure d'argent, elle possédait une classe et un charme inégalés. Elle m'attendait patiemment comme si elle savait ma venue imminente. Elle me souriait et j'étais adouci. Je venais de rater mes frères et soeurs de peu, une semaine tout au plus. Pour certains d'entre-eux, j'en étais ravi. Ce qui s'offre réellement à eux, c'est leur nature vampire. Ils vivent comme des reclus, ils vivent comme père. Une vie tranquille, une vie de reclus et des dizaines de servants à leurs pieds. Ils ne peuvent s'imaginer le monde qui les entoures. J'ai déjà essayé de les convaincre par le passé mais j'étais traité de fou, d'aliéné, que ma folie me perdrait. Bande d'idiots. Des servants, il y en avait au domaine familiale. Toujours la même famille de l'époque. Et pour la première fois depuis longtemps, je revoyais cette gamine avec laquelle je jouais tout gamin. Cette fillette désormais devenue femme. Une chevelure de flamme et un teint pâle mais ravissant. Une peau si délicate en adéquation parfaite avec ses iris noisette. Enfant, j'avais l'habitude de la taquiner sur sa crinière rousse mais ô grand jamais je me serais imaginé qu'elle deviendrait si gracieuse. D'un sourire mesquin, c'est mère qui me poussa dans sa direction, on avait tout le temps de parler plus tard, elle et moi.



Les hommes avaient de plus en plus conscience que nous nous cachions dans la nuit. Ils devenaient méfiants et étaient même assez courageux pour chasser certains d'entre nous. La belle époque était loin derrière. En quête d'excitation, je me suis mêlé à eux. J'ai pris les armes pour ensuite prendre la tête. J'ai remplacé les balles de plomb par des balles de bois. Je traquais les miens sans acrimonie. Un prétexte de guerre où les soldats chassaient ces choses dont ils ne pouvaient comprendre l'existence. Des camps se remplissants de plus en plus. Au début, les hommes de troupes étaient terrifiés mais au fil du temps, ils s'y faisaient. Ils avaient tous les droits sur les prisonniers, pas de limites. Les femmes étaient violées et tuées sans merci. Les hommes et les enfants ne faisaient pas exception à la règle. Les humains faisaient preuve de tous leurs vices sans aucune rancune. Beaucoup d'entre eux furent également tués par les créatures mais ils apprirent rapidement à éviter de se faire mordre. L'excitation était à chaque coup de balle. Je me nourrissais abondamment, en extravagance. Cette chasse aux animaux nocturnes était un réel plaisir même si nombreux trouveraient cela tordu. Je les cherchais dans la tumulte. Ils nous étaient promis et ils nous ont finalement trahit. Je ne comptais laisser aucun de leurs descendants vivants. Et finalement, j'en ai trouvé …

C'est la chose qu'elle portait autour du cou qui l'a trahi. Un rubis flamboyant, signe distinctif des Czajkowski. Ses yeux se sont écarquillés à ma vue et elle a tout de suite su que je venais pour elle et elle a tout bonnement acceptée son destin. Elle était enceinte et n'avait qu'une seule demande, cela concernait l'enfant. Je n'écoutais que d'une oreille avant que ses cris viennent hanter les murs de béton du camp. Les soldats en étaient tombés accroc, non qu'elle avait perdue toute envie de résister et de se battre mais elle savait sa situation révolue. Ce fut à l'arrivée de l'enfant que j'ai enfin pris la peine d'écouter ses mots qu'elle essayait de me crier à chaque fois qu'elle me voyait dans les couloirs de la mort. Elle comme son nouveau né, ils n'étaient que des numéros sur une liste interminable. Elle me racontait des choses heureuse à propos de ma plus jeune soeur, elle avait été sa servante durant sa vie au domaine familiale. Elle n'avait jamais souhaitée que la situation s'inverse et au plus profond de moi-même, je la croyais. Elle se savait perdue et n'avait aucun intérêt à mentir. Etait-ce un certain respect ? Un peu d'amour dans cette vie de folie ? Je n'en ai strictement aucune idée mais j'ai interdis quiconque de toucher à son enfant. Un seul petit traitement de faveur en échange d'histoire de Pandora. L'enfant grandissait et au fil des années je me rendais compte que je tombais d'affection pour sa mère. J'ai ordonné son exécution. Les sentiments rendent les gens faibles. Père était faible. Je deviendrais comme mère.

A l'extérieur, la guerre faisait rage et les petits camp comme celui-ci se faisaient de moins en moins nombreux, détruits à coups de canon par alliés et ennemi. Il valait mieux brouiller les pistes. Ce n'est qu'au bout de treize années de services que l'ordre fut donné d'exécuter tous les prisonniers restants. La terreur prenait forme dans les murs et l'horreur prenaient l'étrange sonorité de cris. Les lances-flammes incinéraient les dernières victimes tandis que ces dernières se faisaient plus vive dans un dernier élan de survie. En peu de temps, c'était devenu le chaos dans ces murs. Impossible de déterminer qui des soldats ou des détenus avaient le dessus. Dans l'anarchie, j'ai pu extirper cet enfant que je protégeais et laquelle l'ordre d'exécution m'avait été donné. J'ai fuis avec l'adolescente frêle et délicate. Une sous nutrition se marquait par une maigreur anormale. Ses joues creuses lui donnaient un air macabre. Sa robe blanche et déchirée, était teinté de sang et de boue séchés. Elle avait un air abattu, aucune envie de vivre. Toute sa vie elle avait connue ce camp et rien d'autre.





Grèce- 1640

J'ai voyagé durant des années en compagnie de celle que j'avais extirpé de l'enfer. Au début, elle ne parlait pas ou très peu. Je ne voulais pas qu'elle pense que l'enfer était terminé alors j'ai commencé un nouveau purgatoire. Elle n'était pas humaine. Elle n'était pas non plus un suceur de sang. C'était mon animal de compagnie. Lorsque l'envie m'en prenait, j'abattais mon battoir sur son corps meurtri. À nue, je profitais de ses chairs pour y assouvir mes désirs. Devenue femme, elle m'appartenait et chaque parcelle de son corps était marquée de mes sévisses. Je lui laissais l'espoir d'une vie meilleure avant d'accentuer ses peines. Je lui ai appris à chasser et à chaque échec, sa punition était sévère. Je lui ai appris à se nourrir décemment et à manipuler les êtres faibles. Maintes fois je l'ai fait consommer abondamment à la rendre accroc avant de l'enfermer des jours, des semaines. Je la rendait aussi folle que je l'étais. C'était mon Alyona, je la voulais comme moi, pour l'éternité. Et puis je me rappelais le plaisir de la solitude. J'adorais le contact de ses doigts soyeux que je craquais l'un après l'autre. Lorsque je la sentait s'exciter sous moi sans dire un mot, je la tailladais pour des cris de douleur. Elle était femme au physique hypnotique. Une chevelure flamboyante comme nulle autre. Un regard noisette envoûtant. Des traits fins et magnifique. Elle lui ressemblait … Elle ressemblait traits pour traits à Aleksandra. Une infortune qui lui valut une vie plus misérable encore. Comme toute femme, elle finit par tomber enceinte à la suite de nombreuses années de tourments. Une grossesse qui m'était inconnue et où se geindre ne servait à rien. Mes coups de reins violent et poings ne cessaient d'être présents. Le supplice était inutile.

Le désordre complet lorsque devant moi, elle perdit les eaux. Je ne savais guère ce que cela voulait dire mais peu de temps après, je me rendis compte de la calamité que j'avais moi-même créer. Le désordre complet dans ma tête. Elle avait enfanté d'une chose informe et mort née. On pouvait appeler cela une chose, car ça n'avait rien d'humain ni d'autre chose. Les dommages de neufs mois durant venaient tourmenter mon esprit. Pour la toute première fois, j'ai réellement vu cette chère et tendre petite chose verser des larmes d'un chagrin profond. Les insultes volèrent à flot tandis que je restais debout les bras ballants. C'est ce jour là que notre vie ensemble bascula. Je la prenais pour un vulgaire jeux, un amusement pour cette éternelle vie. M'étais-je trompé dans mon jugement ? De sa disparition, un manque s'était installé dans mon coeur et je me jurais de la retrouver, qu'importe le temps que cela prendrait.





Louisiane - 1870

Je n'aurais jamais pensé pouvoir supporter les humains et pourtant j'étais parmi eux à écouter des musiques aussi diverses et variées à boire un alcool fort pour fêter la énième colonie d'esclave d'un gouverneur voisin. Une excuse pour boire et rire aux éclats jusqu'aux petites heures. C'était amusant d'explorer le monde et ses cultures en fonction des régions. L'homme n'était pas le même partout, j'ai fini par penser ainsi. L'homme tue, l'homme chasse et l'homme s'accapare. C'est pour ça que nous sommes là, nous créatures. Nous sommes là pour chasser l'homme. J'ai chassé dans ces régions d'Amérique, décimant des camps entier. Et je ne l'ai toujours pas trouvée. Aucune catin ne me donnait les mêmes sentiments de satisfaction lorsque j'abattais mon jugement.




Mihara

Ses lèvres étaient rouges et ses regards effrontés. Un jouet du passé avait refait surface au plus proche de moi. Mon voyage n'était censé durer que quelques jours mais il s'était étendu bien au-delà. Cette femme en était l'unique raison. Je l'ai longtemps chassée. Je l'ai longtemps observée au travers les siècles derniers. Et elle revenait à moi, comme un manque que je devais lui combler. Je ne l'ai pas directement approchée, je me suis ancré sur l'archipel comme elle l'avait fait avant moi. J'ai dû changer mes habitudes et m'accommoder au commun des mortels. J'ai pour la toute première fois, imaginé humain. Il me fallait être discret et approvisionné. J'ai construis sur cette péninsule un lieu où les hommes viennent y assouvir leurs vices tout en se délectant d'un délicieux verre d'alcool. Je me suis parfaitement fondu dans la masse.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Influençable : Niveau 1
Messages : 917
Quartier : Kabukicho
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Lewis White
Fayotte by Aloïs !
Mer 23 Aoû - 20:18
Bienvenue sur le forum !
Bouuhh je lirais tout ça quand ce sera terminé :c ! Je te souhaite bonne continuation pour la suite de ton histoire, fais-nous signe quand tu as terminé. ♥




✿ Merci Kamy pour l'avatar & la signature.
✿ Merci Aliona pour l'avatar.

#ec838c.
L'œuvre d'art du Caddie. By Noah:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 20 ans
Influençable : Niveau 4
Messages : 1439
Quartier : Takeshita
Date d'inscription : 28/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Gabriel Stevens
Sa majesté impose le respect
Ven 25 Aoû - 18:42
Salut beau gosse é_è
Je ne vais pas blablater pendant des heures, je sais que tu devrais bientôt avoir terminé ta fiche héhé Je sais tout moi coeur

Bonne continuation quand même et fais nous signe quand tu auras terminé ♥️

Des bi'ous yeeaah!




Quand le roi se présente & qu'il veut des liens
Je deviens sociable et parle en #3366ff ... ou pas.


Merci à Noah pour l'avatar ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 27 ans
Age vampire : 927 ans
Messages : 17
Quartier : Quartier xxx
Date d'inscription : 14/08/2017
Dim 27 Aoû - 22:57


Merci !  

J'ai enfin terminé ma fiche, j'ai les yeux abîmé par la lampe à l'huile et les coups de cravache d'Alyona mais!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Influençable : Niveau 1
Messages : 917
Quartier : Kabukicho
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Lewis White
Fayotte by Aloïs !
Lun 28 Aoû - 13:49
Tu es validé(e)
Cette histoire est magnifiquement bien écrite ! J'adore ta plume, elle est vraiment agréable. J'ai vraiment, vraiment hâte de voir ce que ton personnage donnera en rp! (surtout de voir vos rps, à Alyona et toi)!
Fufufu

Je te valide ! Ton avatar est recensé et tu peux donc commencer à RP o/

Quelques trucs à faire maintenant !
► Va créer ton journal afin de tenir tes relations et RP's à jour
CLIQUE ICI

► Pour obtenir ton logement, il te suffit de passer sur le sujet suivant
CLIQUE ICI

► Tu peux t'inscrire à l'interview mensuelle pour le MIHAMAG !
CLIQUE ICI






✿ Merci Kamy pour l'avatar & la signature.
✿ Merci Aliona pour l'avatar.

#ec838c.
L'œuvre d'art du Caddie. By Noah:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mihara :: L'administration :: Quand on se présente :: Faire sa carte d'identité :: Les validés-
Sauter vers: