Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Noah A. Miller! Pour votre information, j'occupe le poste de Modératrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
TOP-VOTEUR ◄ NAOKI WEIDMANN ► Bravo, tu les as eu tes deux places sur la PA héhé Profite bien de ce moment, cela ne durera pas é_è Je crois encore au fait qu'Aaron puisse un jour arriver premier pour les votes o/
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Gabriel Stevens ! Pour votre information, j'occupe le poste de Fondatrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Megumi Khan ! Pour votre information, j'occupe le poste d'Administratrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Lewis White ! Pour votre information, j'occupe le poste d'Administratrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
TOP-POSTEUR ◄ NAOKI WEIDMANN ► Ce mois-ci, tu obtiens la première place pour les votes, et tu arrives première ici ! Yeah *lance des fleurs* Toutes mes félicitations Monsieur le policier o/ Des bi'ous ♥
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Aloïs H. Kreutz ! Pour votre information, j'occupe le poste de Modérateur et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
News # 4 - Le Mihamag #3 vient d'être publié, vous pouvez aller le lire en suivant ce lien, et le commenter sur ce lien ! J'espère qu'il vous plaira et que vous nous aiderez à l'améliorer !
News # 3 - Le recensement s'est terminé le 20 septembre 2017 et 19 membres ont été supprimés. =/
News # 2 - Je vous informe que nous avons, depuis le 15 août déjà, 3 nouveaux membres dans la staff et qui occupent pour Aloïs et Noah le rôle de modérateur et pour Lewis le rôle d'administrateur ! Merci de les respecter ♥
News # 1 - Le forum a ouvert ses portes le 01/07/2017. Nous sommes des gentils < sauf les vampires > et on ne mord pas < sauf les vampires, encore > alors rejoignez nous vite ♥










 

 :: L'administration :: Quand on se présente :: Faire sa carte d'identité :: Les validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
A L Y O N A ❖ la suprême
avatar
Age : 22 ans.
Age vampire : 412 ans.
Messages : 28
Quartier : Kabukicho
Date d'inscription : 12/08/2017
Dim 13 Aoû - 10:15
Alyona Czajkowski
VAMPIRE
« in the land of Gods and Monsters, I was an angel living in the garden of evil, shining like a fiery beacon »
FIRESOUL&GOLDENEYES -
L'incandescence de tes iris se dresse dans l'obscurité, à l'image de deux fauves affamés. Ils ont ce magnétisme et cette puissance qui vous déshabillent, vous mettant à nu, chétif et fragile. Tu es consciente de cette narcose ankylosante que dégagent tes prunelles oniriques et tu en joues. Ils aiment t'appeler « créature » car ils n'osent pas te nommer autrement. Un bel animal nocturne qui se délecte et s'alimente des pensées les plus oppressantes, des idées les plus sombres. Alyona, tu te grimes aisément derrière ce faciès délicieux, pour abriter les fils de tes manipulations. Ce rictus mutin qui s'esquisse sur tes lèvres n'est que le prélude de tes jeux ; les humains sont tes marionnettes, de délectables pantins qui dansent au creux de ta main... Jusqu'à ce que tes doigts se referment dessus. Tu es une corruptrice en proie à toutes les contradictions ; à l'indécision, au désordre, à l'accumulation de réflexions. Désirable nymphe, tu n'as crainte de t'aventurer aux frontières de ta féminité et peux apparaître comme une vamp, « emmerdeuses, emmerdantes ou emmerderesses », comme l'écrit le poète, mais peut aussi hasarder des Enfers dont parfois, tu ne remontes pas. Mais immergée dans le Styx, tu t'y sens en sécurité, toi cette chimère solitaire qui préfère la crainte et l'isolement à l'amour. Tes courbes, ta langue déliée et ta gestuelle ; tu aimes choquer et violer la société en assumant pleinement, en toute gloire, en tout désespoir, en tout orgueil, le moindre frémissement de ta personnalité. La tyrannie et la luxure font partie de cette force de haine, de violence et de destruction que tu contiens en toi. Te rappelles-tu cependant de l'enfant que tu as égaré dans tes pas vers la damnation ? Cette frêle rouquine animée d'une chaleur est désormais moirée en un spectre glacial, marquée des limbes du néant.


Age humain : 22 ans.
Age vampire : 412 ans.
Nationalité : Russo-Polonaise.
Sexualité : Bisexuelle.
Métier : Thanatologue.
Taille : 1m51.
Poids : 40 kilogrammes.
Yeux : Noisette.
Cheveux : Roux.
Validé par Gabriel
Tokyo Ghoul ◄ Itori Hoito ► Alyona Czajkowski


SIBÉRIE - 1605.
Tes prunelles se sont ouvertes sur le chaos. Tandis que tes poumons se déchirent, se remplissant d'un air méphitique, deux bras amaigris te resserrent pour te protéger. Tu te noies contre cette poitrine transie, guidée par tes instincts primaires. La faim. Tu ne sais pas encore que c'est cette inclination qui vous a tous mené ici. L'appétit dévorant, la soif insatiable. Du sommet de tes minutes de vie, tes veines ne ressentent pas ce besoin ; mais toutes les dépouilles qui baignent dans la boue adjacente étaient guidées par une appétence irascible. Tu n'es pas née pour survivre ; tu es un accident de parcours et ta mère s'est hasardée plus d'une fois à te faire disparaître dans les limbes de ses entrailles. Mais comme une tique plantée dans la chair d'un bâtard, tu as survécu. Durant ta courte existence, tu n'auras pas de nom. Tu ne seras qu'un numéro, tu te verras recouverte de plusieurs appellations ; toutes aussi loufoques et étranges, car personne osera mettre le mot exact sur ce que tu es. Une pourriture, une créature, un fantôme, un revenant, une sorcière, une chimère, un mythe. Tu n'apparaîtras dans aucun bouquin, mais sûrement dans des légendes pour effrayer les enfants turbulents. Tu seras un cauchemar, ce spectre qui rampe sous les lits ou à l'arrière des penderies. Tes premiers cris pourfendent ce silence mortifère et tes mèches rousses viennent raviver ce tableau monochrome où les quelques nuances grises sont perturbées par le rouge sang ou le noir des corbeaux voraces. Tes minuscules mains empoignent une mèche acajou qui se détachent du chignon brouillon de ta mère, l'observant de tes grands iris vigilants. Tu sembles fascinée si rapidement ; même par les traits anguleux de ta génitrice, de ses joues creuses et de son teint blafard. Ses yeux renfoncés et ses lèvres craquelées lui donnent une apparence spectrale qui ne t'effraie pas. Tu viens uniquement de faire sa connaissance, mais tu n'as pas besoin de plus que de la sensation de ses paumes. Tu es si mièvre, mais tu es leur proie. Un gibier, nimbé de loups dont les gueules claquent dans le vide.

SIBÉRIE - 1615.
Tu as tendance à dévorer les peaux de tes ongles, t'en arrachant de temps en temps. Ton ventre gronde, et ton estomac se tord douloureusement. De ta mère, il ne te reste que la gemme familiale ornant ton maigre cou. Il octroie noblesse et oligarchie à ton port de tête impérial. Tes longues boucles cuivrées te proviennent de tes cossus aïeux. Mais tes haillons, tes pommettes boueuses, tes doigts consumés t'éloignent de cette lignée aux délicates étoffes. Ta créatrice aimait te rappeler ta généalogie suprême et cette flamme ardente qui vivifiait ainsi ton âme. Les enfers ne l'avaient pas épargnée nonobstant, criblée sous une averse boisée. La fange est habillée d'une myriade de balles, mais aussi encore et toujours de corps qui, enfoncés comme des porcs dans leurs propres excréments et fluides, gisent et asphyxient l'atmosphère. Tu t'habitues à ces visages figés, qui se rouillent dans ce milieu léthifère. Certains sont ouverts à l'air libre et étudiés, d'autres sont carbonisés. Les corps de certaines femmes sont abusés pour satisfaire ces hommes insensibles. Les visages sont noyés dans le bourbier et les corps décharnés sont secoués au rythme de reins endiablés. Recroquevillée sur un fragment de glace, tu observes, flegmatique. À tes côtés, une paire de bottes sombres. Son détenteur est différent ; il s'aventure fréquemment à te nourrir secrètement. Il calme ton appétit d'un carré de chocolat dès qu'il croise tes prunelles fauves et te permets de croître. Tu n'es pas certaine qu'évoluer dans un tel tableau soit miséricordieux, mais vivre comme un fantôme te semble plus décent que mourir comme une catin. T'imaginer être souillée jusque dans le trépas te révulse ; du haut de tes dix ans, tu espères à t'envoler de cette cage.

SIBÉRIE - 1618.
Tu es née sous le signe du Scorpion. Les femmes du camp dénigraient cette ascendance méphistophélique. Il rappelait la perfidie et la noirceur. Ton état, cependant, était aux antipodes de cette image de force qui planait au-dessus de ta tête comme une auréole... ou comme deux cornes lucifériennes. Les soldats vous voient comme des insectes, ou des expériences. Vous êtes condamnés, alors dans les derniers instants, ils se distraient. Ta crinière emmêlée pourlèche ton échine abîmée et t'abrite du froid boréal. Tes guenilles ne font plus qu'un avec ton épiderme ; la teinte de ta peau se moire entre le vert et le bleu. Ton visage est diaphane, ta cage thoracique se dessine à la place d'une poitrine adolescente. Tes bras ont le même diamètre que tes poignets et tes yeux semblent globuleux sur une moue si cachectique. Les troupes s'activent autour de toi. Tu es dans l'œil du cyclone, le corps bousculé par la brutalité et le désordre. Les voix ne te parviennent pas ; seulement des bruits sourds. Tous tes sens sont étouffés, ton nez saturé, tes oreilles infectées. Une ombre te recouvre alors comme une vague et une arme se dessine sur ton front. « Laisse-la. Je vais m'en occuper. » Une crinière lunaire permute avec le profil ombragé. Tu le reconnais et ta bouche lézardée se déchire en un sourire. Tu tends tes bras vers ce sauveur, anthropomorphisme d'un ange funeste. Il te soulève comme on soulèverait une plume, coinçant deux bras sous tes genoux grêles et à l'arrière de ta nuque graisseuse. Ta tête retombe en arrière et pour une fois, tu retrouves le confort d'être préservée. Tes mèches ondulent dans le vide, effleurant le sol impur et les faciès cadavériques. Les balles de bois valsent, arrachant à mère nature ses progénitures. Mais toi, numéro  171, tu es éloignée du camp, transportée par les muscles et l'ardeur masculine. Vos silhouettes tranchaient l'épaisse muraille de brume qui couronnait la Sibérie. Tu es submergée par les frissons et les migraines transies et le parcours disparaît de tes iris léthargiques ; tu te laisses guider par ce corps qui, contre le tien, semble être une torche humaine.

Brașov - 1643.
Tu devrais avoir 38 ans mais ton visage ne se transforme plus. De ta jeunesse, tu as gardé tes traits mutins et sybarites. Dans un orbe de pierre, le contenant vermeil te renvoie ce reflet exotique ; un nez retroussé, deux iris miel, une crinière aux nuances félines, une bouche charnue... Une réflexion à l'inverse de ce que tu es. Les pièces du puzzle s'imbriquent pour te donner un semblant de raison à cet holocauste. Tu te nourris d'eux, de ces êtres, comme un démon s'abreuvant de la vitalité d'autrui pour perdurer au travers des âges. Le sol sur lequel tu es étendue, est le berceau du Styx, des carcasses nauséabondes jonchant silencieusement à sa surface, des mares de sang puantes nourrissaient le ventre d'un démon affamé. Ton âme est enracinée dans les mille et une entrailles d'un corps à présent esclave d'un seul maître : l'archange d'un monde apocalyptique. Sa silhouette reste invisible, seules ses deux prunelles jaillissent de l'obscurité. Entièrement prisonnière de son monde et de cet être, il t'est impossible de faire le moindre mouvement, ou d'esquisser la moindre échappatoire ; il jouit d'une entière et éternelle domination. Il convoite, il désire au plus profond de lui ta souffrance, une affliction qu'il voulait sempiternelle. Cette douleur vipérine s'étiolait au cœur d'un noyau spirituel, physique et animique. Une douleur qu'il s’efforçait furieusement de rendre à chaque seconde, délicieusement plus forte, délicatement plus puissante, plus divine. Le corps entrebâillé et suspendu au-dessus de toi se vide lentement de ses profondeurs intimes et parsème ton visage d'un masque pourpre. Malgré toi, ton instinct s'éveille, ta langue animale vient recouvrir tes commissures alimentées et dans la pénombre, un sourire machiavélique s'anime.

Moscou - 1723.
Tu as plus d'un siècle. Tes courbes esthètes et ton amour du libertinage t'ont poussé à l'arrière du Tsar. Tu es la langue vipérine qui lui susurre à l'oreille des dogmes corrompus, en le laissant te couvrir de son or impérial. Tu domines toutes les abondances et dans les banquets, ils te regardent tous. Des robes panachées, de plumes et de satin, des coiffures aux myriades d’extravagance, les flagrances les plus recherchées reposent contre ta gorge. Beaucoup de peintres se sont disputés pour immortaliser ce portrait roux, sans savoir qu'ils esquisseraient les traits d'une chimère onirique qui tous les soirs, laissaient ses canines gambader sur des corsages innocents. Tu as posé ton emprunte sur une identité factice, en te parant d'un prénom décelé au travers d'odyssées littéraires. Ton nom provient, quant à lui, d'une gravure familiale à l'intérieur de ce pendentif qui a laissé sa signature contre ta poitrine. Tu dansais souvent pour les souverains, dans de solennels opéras constellé de statues de bronze et d'insignes religieuses, ignorants qu'ils invitaient le diable à valser avec eux. Ce soir de décembre, la salle est animée par de multiples faciès que tu devines confusément en tirant l'étoffe de cet épais rideau rouge. Comme un organe de vie, tu ressens ces pulsations, son effervescence. Les sujets ont déjà foulé l'ébène et se sont retirés sous un tonnerre d'applaudissements. Ce tumulte fait vibrer tes veines et te pousse à entrer à ton tour dans le cercle de lumière. Le voile se lève, les notes de piano t'accompagnant face à ta solitude devant cette vague humaine. Tu ne distingues pas un seul visage, pas un seul regard dans cette masse opaque. La chaleur du lustre parvient à lécher ton teint. Tu t'élances pour rejoindre la symphonie, les tintement cristallins enveloppant chacun de tes mouvements. Tes paupières viennent couvrir tes yeux et t'émergent dans un cocon nébuleux. Le temps se suspend, la tenture bordeaux rompant cette éternité. Lorsqu'elle se scinde pour t'offrir la vision d'un public animé, le parfum du sang embaume tes sens. Il est l'unique spectateur animé, applaudissant sa chose aux étoffes angéliques, les pieds croisés sur un buste découronné. La salle te rappelle ces camps ; du sang, des morts et lui. Tu te sais être sa captive, et ces quatre-vingts années à le fuir furent consumées par l'emprunte de ce loup sauvage. Aleksey.

Paris - 1887.
Sous les chapiteaux aux panachés de blanc et de rouge, tu te distrais à montrer ton altérité. Tes iris amarante effraient et tourmentent, tes bas qui décorent tes cuisses de symboles excitent et attisent. De toute ta souplesse, tu t'étends comme un chat sauvage sur le cerceau aérien. Tes jambes retiennent ta chute, ta crinière de feu baignant dans un vide sombre. Tes prunelles dominent l'assemblée et la dévorent avec désir. Ils t'appellent « freak », un énième substantif qui s'ajoute à la liste. Mais toi, en cet instant, tu te sens suprême et leurs faciès caressent cet ego cuirassé.

Nouvelle-Orléans - 1902.
L'hémisphère solaire disparu inopinément, plongeant les terres et bourgades dans une profonde léthargie. Les aiguilles affichaient midi, mais le froid ambiant et le ciel couleur pénombre rappelaient les heures bleues infinies. Ta main s'étend dans l'atmosphère paralysante, de l'autre côté de ce panoramique vitré. Ta peau se serait naturellement consumée, s'envolant en une exhalaison carbonisée. Mais le bourreau naturel, cette malédiction s'est décrochée des cieux, ne laissant qu'un univers abscons. Tu écorches ta langue contre tes canines en une caresse ; immergés dans la nuit, tu sais les humains plus vulnérables. Ils sont tes uniques soins pour refréner cette faim, cet appel inexorable qui t'accable. Même avec une volonté en fer forgé, il t'est périlleux de devoir consigner tes instincts primaires. De l'autre côté du plexiglas, une proie s'élance dans ce crépuscule mystique. Tes iris, soudainement, s'arrêtent et ton corps, guidé par l'envie, s'étend dans le vide. Ton ombre se dessine au-dessus du martyr. Une chute ainsi, pour un humanoïde, est mortelle. Mais pour toi, c'était loin d'être dangereux. Dans le pire des cas, tu t'en sortirais esquissée d'une timide écorchure. Tes jambes tapèrent les omoplates de l'humain qui, par la violence du coup, tomba brutalement en avant pour épouser le sol. La rue était déserte ; une aubaine pour toi qui sortit tes canines acérées pour goûter à cette nuque brune. Tes yeux vinrent se clore au même moment, comme pour mieux apprécier la fragrance du sang qui s'écoulait petit à petit pour esquisser un tracé le long de ton menton. Tu places une main sur l'avant de la gorge de l'inconnu pour lui redresser son visage et accentuer la pression de ta mâchoire pour mieux le dévorer, mieux le goûter. Bientôt, les cris et les plaintes se turent pour se moirer dans un silence pesant...

Mihara - 2017.
Les lois pèsent au-dessus de vos têtes ; vous devez répondre à des normes. Tu t'es noyée dans la masse humaine grâce à un astre artificiel, avec un métier, des rencards, des collègues, des hobbies. Cependant, il n'est pas rare de retrouver des carcasses dévorées, des murs tapissés de sang et des traces de talons aiguilles ayant marché dans le cruor et les entrailles. Ton existence t'as appris à ne jamais répondre aux règles mais de créer les tiennes ; alors sur l’échiquier de l'existence, tu as décidé d'être la reine et de faire tomber les pions les plus faibles avec ruse... Ta silhouette féline est passée plus d'une fois au travers des filets, mais pour encore combien de temps ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 20 ans
Influençable : Niveau 4
Messages : 1439
Quartier : Takeshita
Date d'inscription : 28/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Gabriel Stevens
Sa majesté impose le respect
Dim 13 Aoû - 11:16
Bonjour et bienvenue à toi saleté petit vampire ❤️
Amuse toi bien parmi nous héhé
Bonne continuation pour ta fiche et fais nous signe quand tu auras terminé coeur

Des bi'ous !



Quand le roi se présente & qu'il veut des liens
Je deviens sociable et parle en #3366ff ... ou pas.


Merci à Noah pour l'avatar ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Influençable : Niveau 1
Messages : 917
Quartier : Kabukicho
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Lewis White
Fayotte by Aloïs !
Dim 13 Aoû - 12:17
Bienvenue ici, vampire !

Joli avatar. Et bonne chance pour le restant de ta fiche. En espérant que tu te plairas parmi nous !




✿ Merci Kamy pour l'avatar & la signature.
✿ Merci Aliona pour l'avatar.

#ec838c.
L'œuvre d'art du Caddie. By Noah:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 24 ans
Influençable : Niveau 5
Messages : 364
Quartier : Yanaka
Date d'inscription : 20/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Aaron Niles
Justice for all
Dim 13 Aoû - 13:05
Bienvenue à toi petite rouquine qui va nous dévorer '-'

*s'enfuit*




La crédibilité :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 24 ans
Influençable : Niveau 4
Messages : 784
Quartier : Yanaka
Date d'inscription : 06/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Weidmann Naoki
Toy soldier of Justice
Dim 13 Aoû - 16:11
Bienvenue jolie Vamp' et bon courage pour ta fiche !
Mais arrêtez avec les roux, j'vais mourir de Fangasme a force.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 22 ans.
Age vampire : 412 ans.
Messages : 28
Quartier : Kabukicho
Date d'inscription : 12/08/2017
Jeu 17 Aoû - 14:01
Merci à tous ! Je viens vous prévenir que ma présentation est achevée. Bonne lecture ! :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Influençable : Niveau 1
Messages : 917
Quartier : Kabukicho
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Lewis White
Fayotte by Aloïs !
Jeu 17 Aoû - 15:09
Tout est parfait pour moi ! Le seul bémol est ton âge humain par rapport à l'âge vampire. Il faudrait que tu te vieillisses, car 19 ans, c'est assez jeune pour 412 ans. Tu peux plutôt t'orienter vers la vingtaine //21-22 ans minimum et maximum 30 ans//. ♥




✿ Merci Kamy pour l'avatar & la signature.
✿ Merci Aliona pour l'avatar.

#ec838c.
L'œuvre d'art du Caddie. By Noah:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Influençable : Niveau 1
Messages : 917
Quartier : Kabukicho
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Lewis White
Fayotte by Aloïs !
Jeu 17 Aoû - 15:14
Tu es validé(e)
Hop, nickel, tu as rectifié l'âge. ♥ Ton histoire fut longue ! Mais elle était intéressante. J'adore ton style d'écriture, tu utilises beaucoup de mots différents en plus. On sent que ton personnage a de l'expérience, a vécu. La fin de ton histoire est la plus intéressante, je trouve. “ Ton existence t'as appris à ne jamais répondre aux règles mais de créer les tiennes ” bouuh la vilaine vampire qui n'obéit qu'à ses règles !

Je te valide ! Ton avatar est recensé et tu peux donc commencer à RP o/

Quelques trucs à faire maintenant !
► Va créer ton journal afin de tenir tes relations et RP's à jour
CLIQUE ICI

► Pour obtenir ton logement, il te suffit de passer sur le sujet suivant
CLIQUE ICI

► Tu peux t'inscrire à l'interview mensuelle pour le MIHAMAG !
CLIQUE ICI






✿ Merci Kamy pour l'avatar & la signature.
✿ Merci Aliona pour l'avatar.

#ec838c.
L'œuvre d'art du Caddie. By Noah:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mihara :: L'administration :: Quand on se présente :: Faire sa carte d'identité :: Les validés-
Sauter vers: