Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Noah A. Miller! Pour votre information, j'occupe le poste de Modératrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
TOP-VOTEUR ◄ NAOKI WEIDMANN ► Bravo, tu les as eu tes deux places sur la PA héhé Profite bien de ce moment, cela ne durera pas é_è Je crois encore au fait qu'Aaron puisse un jour arriver premier pour les votes o/
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Gabriel Stevens ! Pour votre information, j'occupe le poste de Fondatrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Megumi Khan ! Pour votre information, j'occupe le poste d'Administratrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Lewis White ! Pour votre information, j'occupe le poste d'Administratrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
TOP-POSTEUR ◄ NAOKI WEIDMANN ► Ce mois-ci, tu obtiens la première place pour les votes, et tu arrives première ici ! Yeah *lance des fleurs* Toutes mes félicitations Monsieur le policier o/ Des bi'ous ♥
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Aloïs H. Kreutz ! Pour votre information, j'occupe le poste de Modérateur et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
News # 4 - Le Mihamag #3 vient d'être publié, vous pouvez aller le lire en suivant ce lien, et le commenter sur ce lien ! J'espère qu'il vous plaira et que vous nous aiderez à l'améliorer !
News # 3 - Le recensement s'est terminé le 20 septembre 2017 et 19 membres ont été supprimés. =/
News # 2 - Je vous informe que nous avons, depuis le 15 août déjà, 3 nouveaux membres dans la staff et qui occupent pour Aloïs et Noah le rôle de modérateur et pour Lewis le rôle d'administrateur ! Merci de les respecter ♥
News # 1 - Le forum a ouvert ses portes le 01/07/2017. Nous sommes des gentils < sauf les vampires > et on ne mord pas < sauf les vampires, encore > alors rejoignez nous vite ♥










 

 :: L'administration :: Faire sa carte d'identité :: Les anciens Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
STELLA ACKLES [VAMPIRE]





Invité
Invité
Mer 12 Juil - 6:07
Stella Ackles
VAMPIRE
« Listen to my deadly lullaby... »
Mon Caractère -
Trahie par les miens, repoussée par les autres. Je ne crois pas être un jour parvenue à trouver ma place en ce monde. Lourd fardeau que d'être à la croisée de deux existences impossiblement conciliables. Alors c'est telle une ombre que j'erre ici-bas. Je ne suis pas humaine mais je ne me sens pas tout à fait vampire non plus. Je peine à définir ma propre nature. Pourtant je la sens que trop bien, cette faim qui me brule les entrailles. Cette soif malsaine et perfide, qui me contraint à révéler la part la plus sombre de mon être, celle que je m’efforce pourtant d’enfouir au plus profond de moi-même. Ce monstre qui m’habite et qui me fait prendre plaisir à planter les crocs dans mes proies fébriles. La fièvre du sang, doucereuse sensation chaude et délectable que de sentir ce liquide rougeoyant couler dans ma gorge. Ma victime devient une part de mon propre être. Cela me terrifie tout autant que ça m’emplit d’un sentiment de plénitude. Je m’effraie moi-même à y prendre goût. La chaleur qui m’envahit, le contact de nos corps pressés l’un contre l’autre, ma main glissant sur sa nuque, mes lèvres sur sa peau, son souffle dans mes cheveux, ses gémissements à mon oreille. Pour moi ce n’est plus seulement un acte de survie que boire du sang. C’est tel une étreinte entre deux amants trop longtemps séparés l’un de l’autre. J’aime cette trompeuse émotion éphémère qui me donne l’impression d’exister, de compter. Un bref moment où je ne me sens plus seule. Je ne suis plus repoussée ni bafouée. J’ai l’impression d’être enfin aimé. Je sais pourtant que tout ceci n’est qu’un mensonge, qu’une illusion que je me suis évertuée à créer. Je m’y complais le temps que ça dure, attendant fatidiquement le retour à la réalité, quand je ne serais rien de plus qu’un monstre aux yeux de ma victime. Mais j’exècre faucher la vie de ces hommes soumis à ma volonté lors de ce fugace instant partagé. Pourtant, je n’ai nulle difficulté à les plier à mes désirs sanglants. Le prédateur que je reste en dépit de moi se plait à charmer ses « proies ». Je n’attaque jamais par surprise. Je prends mon temps. Je savoure avant même d’y gouter. Je joue de mon apparente innocence et de ma féminité à peine dévoilée. Qui remarquerait la présence de ces canines acérées derrière mon doux sourire ? Malgré cela, je ne pense pas à mal. Si je pouvais survivre sans avoir à blesser, je le ferai. Alors inconsciemment, ou consciemment peut-être, je m’efforce de rendre ce moment aussi agréable et plaisant que possible, pour moi comme pour l’autre. C’est un échange privilégié, presque sacralisé. J’ai horreur d’être dérangé quand je me nourris. Là je peux montrer les crocs.

Ne me fuyez pas, humains. Car c’est à vous que je m’identifie le plus. Ne vous fiez pas à la lueur carnassière qui parfois apparait dans mon regard quand le parfum de l’hémoglobine vient me chatouiller les narines. Ni à mon visage se rapprochant dangereusement de votre cou pour humer votre odeur alléchante. Je ne partage rien avec mes semblables qui ne considèrent pas la vie d’autrui comme aussi précieuse que la leur. Je sais à quel point elle est fragile votre existence. Je me refuse d’être l’épée de Damoclès. Une fois je l’ai été, ce fut l’exception de trop. Non je ne suis pas la bête tapie dans l’ombre que vous craignez tous. Je suis la créature qui souffre de devoir vivre à vos dépens. Pire encore, d’y prendre plaisir. C’est pour votre bien que je garde mes distances, recluse dans mes pensées. Prisonnière de mon passé, enchainée à mes péchés. Je ne suis plus tout à fait celle que j’étais. Mais en vérité, je ne peux désavouer celui qui affirmerait qu’un vampire se sent lié à ses congénères. Ma condition de créature de la nuit fait que je ne cesserai jamais d’être sur la retenue avec un mortel à mes côtés, contenant ma nature. Se laisser aller, être pleinement celle que je suis, il n’y qu’avec mes semblables que je peux me le permettre, en dépit de la basse estime que je leur porte en général. Certains me le rendent bien, trouvant abjecte la compassion ou la pitié que je peux ressentir pour ceux qu’ils considèrent juste comme du gibier. Mais ils ne savent rien de ce qu’ils sont. Ceux qui ont vécu dans une cage dorée sont en dehors de la réalité. Ce n’est pas mon cas.
Age humain : 20 ans
Age vampire : 220 ans
Nationalité : Anglaise
Sexualité : Hétéro

Métier : Etudiante & chanteuse le soir dans un cabaret populaire de la ville. Elle se produit sous le pseudo « Angel » et commence à se faire un nom.
Taille : 166 cm
Poids : 47 kilos

Yeux : Yeux vairons, l’un céruléen, l’autre noisette.

Cheveux : Longue chevelure de fils d’or ondulés, toujours soigneusement peignée.

Possède un tatouage dans la nuque représentant une Lune inclinée horizontalement suivie de deux étoiles plus petites.

Porte souvent une couronne de fleurs tressées de ses mains, souvenir d'une autre vie.

Dotée d'une très belle voix, enchanteresse prétendent même certains.

Stella ne mord que dans le cou. Elle affectionne cette apparente intimité éphémère qui, selon elle, rend plus savoureux le sang ainsi dérobé. C'est à cet unique instant qu'elle recherche et apprécie le contact physique, rendant parfois même sensuel ce moment quelque peu délicat.
Validé par Gabriel
by tofuvi ◄ Original Character ► Stella Ackles


Mon Histoire -
Ma vie est faite de tours et de détours, sans jamais savoir où chacun de mes pas me mènera. Mon histoire n'a rien de linéaire. Il s'agirait plutôt d'une juxtaposition d'existences décousues, toutes tragiquement achevées. Quand l'une d'elle prend fin, je me demande toujours ce que me réserve la prochaine. Cruel destin quand enfin je me laisse à savourer la vie, et que celle-ci finit par me glisser entre les doigts. Est-ce une malédiction ? Ou dois-je seulement expier mes fautes avant d'avoir le droit de vivre enfin ?

Il est bien ardu pour quiconque de se construire en ignorant tout de ses racines. La seule certitude que j’ai concernant mes procréateurs est l’héritage sanglant qu’ils m’ont transmis. Une hérédité dont j’aurai préféré me passer. Malheureusement, il ne m’appartenait pas de faire ce choix. Le destin l’a voulu ainsi. C’est pourtant un bien sinistre coup du sort qui a marqué le début de ma vie. J’ai été trompée, dupée. Je n’aurais jamais dû être celle que je suis. Abandonnée par mes géniteurs sans en connaitre la raison, c’est une charitable femme d’un petit village reculé de la campagne anglaise qui m’a recueilli. Seule et sans famille, nous avions cette solitude en commun. Elle crut à une bénédiction divine, comme si le ciel avait enfin répondu à ses prières. Elle me choya, me combla. Je grandis heureuse comme une enfant ordinaire de cette bourgade bien tranquille. Tous ignoraient le loup caché dans la bergerie. Même moi. Le danger que je représentais grandissait jour après jour, au fur et à mesure que l’âge de la majorité approchait. Qui aurait pu soupçonner que ce visage angélique qu’était le mien dissimulait la plus dangereuse des créatures ?

Il y eut pourtant quelques faits étranges, des indices qui auraient pu nous avertir. Mais nous vivions tellement loin de tout que nous nous croyions naïvement à l’abri des légendes urbaines de l’époque… Nous avions une coutume au village. A chaque printemps, les femmes et les filles confectionnaient des couronnes de fleurs pour fêter l’arrivée de la belle saison. Une fois encore, nous nous attelions à la tâche. J’aimais profondément ces moments de joies insouciants partagés ensemble. Alors que je tressais les tiges de ma couronne, ma mère s’écorcha le doigt sur une épine de rose. Une goutte de sang perla le long de sa main. Mon regard fut comme hypnotisé, mon corps attiré. Ma gorge devenait sèche. Je déglutis. Inconsciemment, je me levais, me dirigeant vers cette silhouette que je ne distinguais même plus. Je ne voyais que ce liquide flamboyant. Je lui saisis la main blessée entre les miennes et la rapprochais lentement de mes lèvres. Ma langue vint délicatement suivre la trace rougeâtre jusqu’à sa source. « Stella ? » Ce n’est qu’à l’appellation de mon nom que je repris brutalement mes esprits. Libérant enfin son poignet, je fis un pas en arrière, décontenancée par mon propre comportement. Je ne comprenais pas ce que je venais de faire. Mon esprit était totalement vide. Bien sûr, ni elle ni moi n’avions mesuré la gravité de cet incident a priori anodin. Je restais secouée mais je chassais bien vite cela de mes pensées pour me consacrer aux festivités à venir, ne m’en inquiétant finalement pas plus que cela. J’ai eu tort. Et ce fut la première de mes erreurs.

Le temps passa et la normalité du quotidien s’était finalement pleinement réinstallée. A tel point que je ne pensais même plus à l’incident du printemps dernier. L’hiver vint et avec lui un drap immaculé recouvrit le paysage. J’ignorais alors que celui-ci ne tarderait pas à devenir un linceul écarlate.
Mes souvenirs de cette nuit sont vagues à présent. Pourtant, je n’oublierais jamais l’écho des cris de terreurs faisant résonnance à mon oreille sans jamais parvenir à m’atteindre. Je me souviens des supplications laissées lettre morte. Je me rappelle de son corps, inerte. Il gisait au sol, devant notre chaumière, parmi tant d’autres. C’était ma mère. « Non… » Mon seul repère en ce monde. « Pas ça… » Mon pilier, ma force. « Pas elle ! » Celle que j’aimais par-dessus tout. « Ce n’est pas possible ! » Et avec elle était morte mon humanité. « Qu’est-ce que j’ai fait… ! » Car le monstre qui l’avait tué n’était autre que moi. La bouche ensanglantée, une trainée rougeoyante encore fraiche sur ma robe blanche. Nul doute possible. Et ces yeux… Les miens ? Ce regard que je ne reconnaissais pas qui se reflétait dans un éclat de miroir. Cette lueur que je voyais briller dans mes prunelles d’ordinaire si douces, c’était celle d’un prédateur ! Qu’étais-je en train de devenir ? Qui étais-je ? Comment avais-je pu commettre une telle atrocité ? Je me laissais tomber au sol. Brutalement. Penchée sur sa dépouille froide et pâlissante que j’avais connue tellement emplie de vie, je saisis ma mère dans mes bras. La serrant fortement contre moi, je laissais mes sanglots éclater et ma douleur s’exprimer. Violement. Mais mon esprit était accaparé par cette odeur de mort, ce parfum de sang. Pourquoi m’attirait-il ? Je n’avais aucune réponse. Seulement cette terrible réalité pour tenter de comprendre quelque chose qui me dépassait totalement. Ma seule certitude, j’étais un monstre. Un assassin. Je devais fuir ! Non. Je voulais disparaitre.

Il y eut à ce moment-là le premier « trou noir » de mon existence. Je m’étais retrouvée bien des jours plus tard dans une chambre qui ne m’était pas familière. Tout me semblait étranger. Mes pensées, déjà fortement brouillées, ne faisaient que se désordonner davantage. Mais je ne tardai pas à avoir les explications qui me manquaient tant.
« Vous voilà réveillées mademoiselle ? Tant mieux. Vous nous avez déconcerté ! Quelle fantaisie pour quelqu'un de notre espèce que de chercher à écourter son éternité ! »
Un flash. Tout me revint soudainement en mémoire. C’était tel un poignard qu’on m’enfonçait dans le cœur. J’avais voulu mettre fin à mes jours pour que cette insoutenable souffrance disparaisse. Pour tuer la bête en moi. Que cette nuit-là ne se réitère jamais. A mon grand désarroi, j’avais échoué. Et j’appris pourquoi. « Vampire. » Voilà ce que j’étais. Qui j’étais. La sombre vérité sur mon existence, mes origines. Le rideau sur une terrible fatalité était maintenant levé, car je ne pouvais rien contre ma nature. Tôt ou tard, j’aurai fait couler le sang. Sombre ironie. Tel était le dessein de toute créature de la nuit. Mais cela n’avait rien d’une consolation. Tout le contraire. Le fossé qui me séparait de tous ceux que j’avais un jour aimé se creusait définitivement. Nous ne serons jamais pareils. Aussi distincts que le loup et l’agneau, que l’éternité et la mortalité. Condamnée à endosser le rôle du meurtrier. Et cette soif qui ne me quittait plus ! Qui me rappelait sans cesse ce que j’avais fait… Perdue. Seule. Effondrée. Je voulais mourir. Simplement mourir. Pourquoi était-ce devenu si difficile à accomplir ?

Pendant de longs mois, rien ne changea vraiment. Je ne quittais pas le lit, refusant toute visite. Murée dans un silence écrasant, je n’étais plus que l’ombre de celle que j’avais été. Affaiblie et fatiguée, j’étais surtout affamée. Mais je refusais catégoriquement toute nourriture. Particulièrement celle propre à ce que j’étais devenue. Je ne décelais plus la moindre lueur dans les ténèbres qui m’emprisonnaient. Mon dernier espoir était qu’à force d’épuisement, je sombrerais dans le coma. Mais il ne vint pas. Aucune délivrance ne m’attendait. Je pris finalement cela comme le châtiment décidé par les cieux. Endurer pour faire pénitence. Tel serait mon destin à présent.
Mais la famille appartenant à l’aristocratie qui m’avait recueillie, car sans doute prise de pitié, avait nullement l’intention de me laisser dépérir de la sorte indéfiniment. N’ayant jamais vécu au contact des humains comme je l’avais été, ils ne pouvaient pas comprendre les tourments que je traversais.  Car moi j’avais grandi en me pensant être l’un d’entre eux. Hors, comme bon nombre de notre espèce, ils n’étaient pour eux qu’un moyen de subsistance. Pour autant, je n’avais pas manqué de remarquer leur retenue face à leur bestialité. Dans un sens, on aurait pu dire qu’ils faisaient preuve de civilité. Pour le peu que j’en savais sur les vampires… Je l’interprétai comme une forme de respect pour la vie humaine. Cela me toucha. Peu à peu, je commençais à me sentir plus à mon aise à leur contact. J’appris à les connaitre, et même à les apprécier. Ils m’enseignèrent tout ce que j’ignorais sur ce que nous étions. Et notamment comment étancher sa soif sans provoquer la mort de sa victime. Parvenir à dompter la part sombre en moi devint au fil du temps un véritable exutoire. Enfin je me sentais revivre. Je m’autorisais doucement à sourire à nouveau, puis à rire. Si la mort me rejetait, alors je pensais que peut-être là était ma place en fin de compte. Seconde erreur.

Et puis la « catastrophe » fit tout s’effondrer une nouvelle fois autour de moi. Le doucereux cocon que j’étais parvenue à me tisser vola en éclat. Les masques tombèrent. Cruelle était la nature profonde de tout vampire. Bien plus que je le soupçonnais alors. La famille qui me comblait depuis quelques années maintenant et en qui j’avais fondé mes espoirs d’un avenir paisible, me mit face aux conséquences d’un instinct de prédateur totalement désinhibé. Depuis la nuit des temps, le Soleil avait régi la vie des vampires, offrant le jour aux mortels. Tout cela n’était plus désormais. Le règne de la créature de la nuit s’étendait pleinement. Notre espèce vit cela comme un signe. Le monde dans son entièreté s’offrait à sa domination. Ce fut l’avènement de ce qu’on nomma « la période sanglante ». Pour moi, ce fut comme un écho implacable de mon passé. Une plaie béante qui commençait à peine à se refermer se retrouvait tranché dans le vif. Tout n’était plus que carnage et désolation. Je voyais ma famille s’abandonner béatement à la barbarie la plus abjecte. Ils s’y complaisaient comme si leur souhait avait été exaucé. Plus aucune retenue ni mesure. Je ne les reconnaissais même plus. Etais-je vraiment l’une des leur ? Bien sûr, nul vampire ne pouvait prétendre rester indifférent à l’arôme délicieux du liquide vermeil qui bouillonnait dans les veines de nos « proies ». Mais cela justifiait-il ce que le monde connaissait alors ? Non. Jamais. Un fossé de plus se creusa. Entre mes semblables et moi cette fois. Je n’étais pas humaine, mais je ne me reconnaissais pas parmi les miens. Où était ma place ? Existait-elle au moins ? Désillusionnée. Effrayée. Seule à nouveau. Je fuyais ceux que j’avais pris pour ma famille. La solitude me parut préférable. Mais je n’avais pas mesuré le fardeau qu’elle représenterait bientôt.

Des années passèrent. Si nombreuses que j’en perdis le compte. Le monde avait trouvé un semblant d’équilibre. Une plaisante paix de façade qui paraissait presque effacer un passé teinté de rouge encore présent dans certaines mémoires. Moi je m’en souvenais avec bien trop de clarté. Si bien que la solitude avait fini par me peser douloureusement. Mais je ne me sentais pas encore capable de vivre auprès des humains, et je refusais tout contact avec mes congénères. Un compromis aussi inattendu qu’inespéré s’offrit à moi. La dérogation à la loi première des vampires. « Un vampire peut transformer un humain en « Servant » si celui-ci est sur le point de mourir et ce, sans demander l’avis de l’humain en question. » Je fis alors quelque chose que je ne pensais jamais faire. Et ce ne fut que le premier d’un nombre croissant. Ce que je cherchais en faisant cela, c’était me créer ma propre famille. A mon image, comme je la désirai ardemment depuis si longtemps. Je comblais ce vide que je ne supportais plus. Pour la première fois, je fauchais la vie tout en en offrant une nouvelle. J’étais parfaitement incapable de dire si ce que je faisais était bien ou mal. Je m’en moquais à vrai dire. Je m’autorisais cette fois à agir égoïstement. Car je n’en pouvais déjà plus de cette éternité qui me faisait suffoquer. Je m’attelais à confectionner une réalité illusoire à laquelle je pouvais me raccrocher. Et tout aurait été merveilleusement bien si je n’avais pas commis ma troisième et ultime erreur.

Il y a bien une chose que mortels et immortels partagent à égalité. C’est la faiblesse du cœur. Je l’ai découvert le jour où je me suis fait happée par les yeux de cet homme… Nous partagions de fiévreux sentiments. Je les savais sincères et purs. Nous nourrissions l’un pour l’autre une passion sans borne. Je me sentais plus vivante que jamais dans ses bras. Bien plus que je ne l’avais été étant enfant. Je me perdais dans les braises de ce feu qui consumait peu à peu ma raison. J’aimais cette sensation nouvelle et si exaltante. Je devenais avide de sa chaleur, de son odeur, de sa présence. De tout son être. Il connaissant ma nature. Pourtant, il ne m’avait pas fui. Il m’acceptait, me faisait confiance. Il m’aimait. Alors il m’invita à commettre l’irréparable. « Transformes-moi. » Au nom de notre amour, pour que même la mort n’y puisse y mettre un terme. Transportée par ses mots et touchée par son désir de me faire don de sa vie à jamais, j’en perdis toute rationalité. Je fis ce qui avait été décidé d’interdire scrupuleusement à ceux de ma race. J’en fis un vampire alors que le trépas ne l’attendait pas encore. Et je ne tardai pas à en payer le lourd tribut... Mon « crime » fut découvert. Conformément à nos règles, on se saisit de moi et on m’enferma dans une cage. Telle une bête, on me priva de la seule chose que j’avais toujours pu conserver. Ma liberté. Je me voyais revivre ma descente aux enfers d’il y a plus de cent années en arrière. Définitivement seule, sans allié ni espoir, je n’avais plus qu’à laisser le temps défiler.

Mornes et vides étaient les jours dans la sombre geôle que j’habitais. Combien de temps s’était écoulé ? Des semaines ? Des mois ? Des années ? Je perdais complètement le fil. Je n’y prêtais même pas attention. La seule chose qui me faisait rester dans la réalité, c’était la soif grandissante en moi. Ma gorge s’asséchait, mes forces m’abandonnaient. Je voulais du sang. J’en avais besoin ! Jusqu’à quand allaient-ils m’oublier dans ce cachot ? Et si je n’en sortais jamais ? Mon amant me manquait terriblement. Son absence me tiraillait. En dépit de tout, je ne regrettais finalement pas mon geste. Car je savais que quoi qu’il puisse se passer, je le retrouverai. C’est à cela que je me raccrochais tout ce temps passé dans l’obscurité. Parfois mon esprit divaguait. Je sentais la saveur âcre de la folie qui menaçait de m’envahir. Mais je tenais bon. Si je faiblissais maintenant, je savais que jamais plus je ne serais moi-même…

Finalement vint le jour de la délivrance. Je peinais à y croire tant je l’avais espéré et attendu. Mon corps baignait de nouveau dans la pleine lumière. Que c’était bon la liberté. Quelle félicité ! Ces années d’enfermement n’étaient plus qu’un âpre souvenir que je m’empressai d’enterrer dans ma mémoire. Je n’avais plus qu’un désir, retrouver mon aimé. Mais les choses avaient bien changé en tant de temps écoulé. Je ne savais plus à quoi me raccrocher, mes repères étaient faussés. Retourner à mon ancienne demeure désertée m’apporta cependant un précieux indice. « Mihara ? » J’y trouvai un mot mentionnant cette ville, écrit de la main de celui que je cherchais. Si je devais aller au bout du monde le retrouver, je le ferais sans hésiter.


Me lapidez pas parce que je fais un vampire plz  chouine! Aimez-moi quand même un peu d'accord ? heart
En échange je serais douce avec vous pendant mon repas ~
(En plus j'suis la 30ème membre #trolaklass)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Influençable : Niveau 1
Messages : 915
Quartier : Kabukicho
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Lewis White
Fayotte by Aloïs !
Mer 12 Juil - 9:19
Bienvenue, vampire.
J'espère que le forum te plaira. Puis les vampires c'est le mal ! éè En tout cas ton personnage est tout mignon sur ton joli avatar ! **




✿ Merci Kamy pour l'avatar & la signature.
✿ Merci Aliona pour l'avatar.

#ec838c.
L'œuvre d'art du Caddie. By Noah:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1448
Date d'inscription : 28/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Administrateur
Sa majesté impose le respect
Mer 12 Juil - 12:52
Coucou toi et bienvenue sur le forum ♥️
Un vampire, bah c'est pas beau et vilain mais c'est pas grave, on t'aime quand même ; faut juste que tu restes loin de nous puis tout se passera bien coeur

Bonne continuation pour ta fiche et fais moi signe quand tu auras terminé =D

Bi'ous ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 40 ans
Influençable : Niveau 2
Messages : 20
Quartier : xxx
Date d'inscription : 10/07/2017
Mer 12 Juil - 13:12
BLABLABLA LES VAMPIRES BLABLABLA

Bienvenue à toi So happy! j'aime beaucoup l'avatar aaahh




never gonna give you up, never gonna let you down." - BANGERZ
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 19 ans
Influençable : Niveau 3
Messages : 149
Quartier : Yanaka
Date d'inscription : 02/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Wendy Lorelei
Pureté évanescente
Mer 12 Juil - 13:23
Hello, bienvenue sur le forum ! Hâte de voir ce que ta fiche nous réserve. ♥


Wendy bavarde en Crimson
PrésentationJournalRecherche de RP
Cadeau par Naoki
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 24 ans
Influençable : Niveau 4
Messages : 793
Quartier : Yanaka
Date d'inscription : 06/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Weidmann Naoki
Toy soldier of Justice
Mer 12 Juil - 15:59
Bienvenu ~

Je vois arriver une vampire beaucoup trop adorable, je sens que je vais te surnommée "Sweet Devil" tiens ! En espérant que tu te plairas parmi nous et je te souhaite bon courage pour la suite de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Mer 12 Juil - 17:04
Haaaaanw vous êtes trop choupi So happy! (et après vous vous étonnez de vous faire manger tout cru ~)
Merci pour votre accueil chaleureux ♥️
J'espère que Stella fera chavirer votre petit cœur d'humain fragile :sexismile
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Ven 14 Juil - 9:26
(DP sorry sorry timide! )

FICHE TERMINAAY youpiii yeeaah!
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1448
Date d'inscription : 28/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Administrateur
Sa majesté impose le respect
Ven 14 Juil - 13:06
Tu es validé(e)
Yaeh tout est parfait ! Tu écris vraiment bien, très plaisant à lire!
coeur

Je n'ai rien à dire, tu as vraiment bien décris chaque partie de ton histoire ! J'aime quand tu décris ton côté vampire dans le caractère 'p' Bref ! clap clap à toi ♥️

Je te valide ! Ton avatar est recensé et tu peux donc commencer à RP o/

Quelques trucs à faire maintenant !
► Va créer ton journal afin de tenir tes relations et RP's à jour
CLIQUE ICI

► Pour obtenir ton logement, il te suffit de passer sur le sujet suivant
CLIQUE ICI


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mihara :: L'administration :: Faire sa carte d'identité :: Les anciens-
Sauter vers: