Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Noah A. Miller! Pour votre information, j'occupe le poste de Modératrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
TOP-VOTEUR ◄ NAOKI WEIDMANN ► Bravo, tu les as eu tes deux places sur la PA héhé Profite bien de ce moment, cela ne durera pas é_è Je crois encore au fait qu'Aaron puisse un jour arriver premier pour les votes o/
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Gabriel Stevens ! Pour votre information, j'occupe le poste de Fondatrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Megumi Khan ! Pour votre information, j'occupe le poste d'Administratrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Lewis White ! Pour votre information, j'occupe le poste d'Administratrice et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
TOP-POSTEUR ◄ NAOKI WEIDMANN ► Ce mois-ci, tu obtiens la première place pour les votes, et tu arrives première ici ! Yeah *lance des fleurs* Toutes mes félicitations Monsieur le policier o/ Des bi'ous ♥
Vous pourrez me trouver sur le forum sous le nom de Aloïs H. Kreutz ! Pour votre information, j'occupe le poste de Modérateur et je suis donc une des personnes à contacter en cas de besoin.
News # 4 - Le Mihamag #3 vient d'être publié, vous pouvez aller le lire en suivant ce lien, et le commenter sur ce lien ! J'espère qu'il vous plaira et que vous nous aiderez à l'améliorer !
News # 3 - Le recensement s'est terminé le 20 septembre 2017 et 19 membres ont été supprimés. =/
News # 2 - Je vous informe que nous avons, depuis le 15 août déjà, 3 nouveaux membres dans la staff et qui occupent pour Aloïs et Noah le rôle de modérateur et pour Lewis le rôle d'administrateur ! Merci de les respecter ♥
News # 1 - Le forum a ouvert ses portes le 01/07/2017. Nous sommes des gentils < sauf les vampires > et on ne mord pas < sauf les vampires, encore > alors rejoignez nous vite ♥










 

 :: L'administration :: Faire sa carte d'identité :: Les anciens Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
SORA MITSUKAZE [BLOOD A]





Invité
Invité
Ven 7 Juil - 23:28
Sora Clarence Mitsukaze
HUMAIN
« Et pourtant, je suis là ... »
Mon Caractère -
« Pour moi c’est sûr [il] est d’ailleurs. » Pierre Bachelet

Sora, c’est un homme même si certains en doute. Sora, il est un peu androgyne, il est un peu différent. Il est terriblement beau de l’intérieur et terriblement laid à la fois. Tout du moins, lui, il se trouve laid. D’autres pensent le contraire. Sora, il te regarde et te lance des sourires beaux à crever, à pleurer et dans son sourire, on ressent parfois de la tristesse, une nostalgie, quelque chose qui le ronge de l’intérieur. Sora est très intérieur. Les émotions, pour lui, c’est difficile à faire ressortir alors certains le trouvent froid et sans cœur mais ce n’est pas le cas. Il est en fait sensible mais à part un sourire, on ne peut pas vraiment savoir ce qu’il ressent à l’instantanée. Les émotions, elles ressortent quand il est seul ou quand il danse. Là, il est libre. Là, il est capable de vous faire pleurer ou rire, de vous communiquer tout ce qu’il veut dire sans pouvoir réellement le faire. Pourquoi ? Peut-être par pudeur ? Peut-être parce qu’il n’a jamais réellement réussi ce tour de passe-passe ? Ou par peur de faire du mal, d’être détesté ? Qui sait ?

Quand on est observateur ou quand on connait Sora, on peut cependant voir dans ses yeux ce qu’il ressent. Sora, il se cache, il a une carapace : c’est la distance qu’il met entre le monde et lui. Pourtant, il s’attache aux gens, ils les aiment. Sora est en fait un être complexe, pleins de contradictions, de contrariétés. Il faut pouvoir le suivre cet homme-là. Le jeune homme est en fait un être discret et certainement un tantinet timide. Il n’a pas le charisme d’un homme d’affaire ou d’une célébrité mais il a, indubitablement, un certain charme qui fait que, malgré sa discrétion, il ne passe pas pour une ombre dans la rue.

Sora, est un homme calme et doté d’un grand sang-froid. Le voir énervé ou impatient relève de l’exceptionnel. Oh bien sûr, si vous appuyez sur quelques boutons alors là oui, il peut s’énerver et perdre patience mais, il faut connaître ses points sensibles. C’est un homme qui possède une grande culture et qui adore lire. D’ailleurs, c’est un homme qui aime l’Art et rêvasser quand il en a l’occasion. Oui, c’est un grand rêveur, la tête dans les nuages, ce qui lui vaut parfois de vilains tours comme : « où sont mes clefs d’appartements ? » ou encore « où est mon téléphone ? » ou enfin « j’avais un rendez-vous important mais je ne me souviens plus de ce que c’est … ». Bref, vous voyez le genre. Un rêveur qui oublie ses choses ou qui les perd assez facilement. Sora est un grand gourmand, tellement qu’il pourrait ne manger que des gâteaux ou des choses sucrées, heureusement qu’il fait un minimum attention à lui sinon, il serait énorme.

Sora est plutôt du genre solitaire et silencieux. Il préfère écouter que parler et d’ailleurs, parfois, on le lui reproche mais il n’y est pour rien. Il ne peut pas se changer aussi facilement tout de même, si ? Etre seul ne lui fait pas peur. Etre entouré ne le dérange pas plus que cela mais la solitude lui permet d’être seul avec lui-même, de réfléchir … ce qui n’est pas forcément toujours très bon pour lui. Enfin … L’homme est un grand travailleur, il aime ce qu’il fait et il s’y donne à fond. Peut-être même trop parfois. Il ne compte ni ses heures ni le nombre de jours sans repos. Il faut savoir que Sora est assez chiant concernant la propreté. Oui, il est un peu maniaque. Beaucoup même en fait.

Sora est agile, souple et déterminé –et têtu parce que ça fait partie de son charme-. Oui, bon, écris comme ça il y a un intrus mais vous savez ce que c’est, il ne faut pas se fier aux apparences. Déterminé parce qu’il a vécu des choses qui n’ont pas toujours été extrêmement joyeuse et le fait qu’il soit souple et agile n’était pas donné par avance … Sora ne parle jamais de son passé, il reste un être mystérieux plein d’une grâce presque féminine. Si vous pouvez voir ses cicatrices, vous comprendrez que sa vie n’a pas été qu’un long fleuve tranquille et qu’il ne veuille pas vraiment en parler.

Bon, il y a pleins d’autres choses à dire mais je vais m’arrêter là pour que vous puissiez le découvrir par vous-même.
Age humain : 27 ans
Age vampire : ///
Nationalité : Japonais bien que ses origines soient européennes
Sexualité : Bisexuel, l’amour n’a pas de sexe
Métier : Gérant d’un café-librairie. Il s’occupe du café, des sandwiches, des petits gâteaux et de recharger les livres aussi. Après la fermeture de son café-librairie ou les dimanches, Sora est également professeur de danse.
Taille : 1,70
Poids : 60 kg
Yeux : Noir mais il met parfois des lentilles
Cheveux : Noir mais il aime parfois se les teindre en blanc. Uniquement en blanc
Autre : Sora dort très peu
Autre : Il est allergique aux framboises, aux piqûres de guêpes aussi
Autre : Il a peur du feu depuis toujours. ETC
Validé par Gabriel
Re° (artiste) ◄ OC ► Sora Mitsukaze


Mon Histoire -
« Clarence. » Cette voix … « Clarence. » Il connait cette voix. « Clarence. » Il connait cette voix mais d’où ? « Clarence, lève-toi. » Une voix de femme. Douce. Chaleureuse. Il voit un sourire sur le visage de cette femme. Il voit simplement son sourire, il ne voit rien d’autres. Ni son nez, ni ses yeux, ni ses cheveux. Rien d’autre qu’un sourire. Il a l’impression qu’il sourit aussi. « Bonjour mon petit ange. » Oui, il sait maintenant qui elle est … C’est sa mère. Il se lève et l’enlace doucement. Elle continue de sourire : « Que fais-tu mon ange ? » Il ne répond pas, il profite. Elle l’enlace et le porte dans ses bras jusqu’à rejoindre un homme … dont il ne voit pas non plus le visage, simplement le sourire. « Ah, voilà mon petit prince dormant. » Son père. Une voix rassurante, protectrice.

Soudain, l’odeur de fumée remplace les sourires et il se sent paniqué. Il doit appeler ses parents mais il n’entend même pas sa propre voix. Il a mal. Il a chaud. Il transpire. Il voit le feu brûler la maison et ses parents sur le sol. Ils ne bougent pas. Il rampe vers eux et s’évanouit.


Il se réveille en sursautant et s’assoit brusquement sur son lit. Il est en sueur, il tremble et ses cicatrices de brûlures lui font mal. Il a  du mal à revenir dans la réalité. Il regarde tout autour de lui, cherchant à retrouver sa respiration. Il avait rêvé de son passé, encore. Ce n’est pas nouveau mais ça faisait un petit moment que ça n’était pas arrivé. Il se lève pour prendre un verre d’eau. Il ne se souvient pas du visage ni du nom de ses véritables parents biologiques, il sait simplement son prénom, son prénom de naissance et quelques bribes de souvenirs. Il observe les cicatrices sur son bras gauche tandis que sa jambe tremblote. C’est purement psychologique, il le sait mais après un si terrible cauchemar, personne ne peut réellement lui en vouloir … Doucement, il s’installe sur un fauteuil près de la fenêtre du salon et regarde à l’extérieur. La petite brise lui fait du bien et très vite ses yeux partent dans le vide.

Ses souvenirs commencent réellement alors qu’il a presque cinq ans. Il est déjà au Japon avec sa famille adoptive mais pour lui, c’est sa vraie famille. Quand il rentre à l’école pourtant, les enfants sont plutôt méchants avec lui, ils le laissent en dehors de leurs jeux. Quand il s’approche d’eux, les enfants s’éloignent et disent : « Va-t’en gaijin ! » Etranger voilà ce que cela signifie. Sora ne montre rien devant les autres enfants mais quand il rentre le soir, il en parle souvent à ses parents qui, pourtant, ne lui révèlent pas la vérité tout de suite. Il est trop jeune, trop fragile encore. Il tient bond à l’école, il s’amuse seul et développe son imagination, sa technique de lecture aussi. Jusqu’à ce qu’un enfant qui vient d’être transféré arrive et commence à lui parler. Il ne comprend pas pourquoi Sora est isolé et les deux petits garçons deviennent rapidement très amis même si Sora ne montre pas grand-chose sur son visage.

D’ailleurs, les parents se demandent s’ils ne devraient pas suivre les conseils du psychiatre qu’ils avaient vu quand ils ont adopté Sora. Ils décident de l’emmener à différentes activités, de lui faire découvrir différentes choses. Depuis le saut de haie jusqu’à jouer de la musique. Ils passent par tout jusqu’à ce qu’ils observent chez leur fils des yeux brillants et un grand sourire comme ils n’en n’avaient encore jamais vu. La danse … Pas la danse classique en tutu et tout. Non, la danse de salon et la danse contemporaine semble avoir retenu son attention et, évidemment, les parents inscrivent leur fils pour des leçons. Il se trouve que le petit est doué malgré un manque de souplesse. Probablement à cause de ses cicatrices mais Sora, pour la première fois, ne veut pas abandonner et il s’entraîne durement pour être aussi souple et agile que les autres enfants.

Le petit garçon qu’il est a maintenant sept ans et il s’est rendu compte que ses parents et lui n’avaient pas vraiment la même couleur de peau. Il se doute aujourd’hui qu’ils ne sont pas réellement ses parents mais il n’a aucune preuve et il ne veut surtout pas les embêter avec ça. Qui plus est, un soir, alors qu’il fait la cuisine avec sa mère, cette dernière lui dit : « Sora, veux-tu avoir un frère ou une sœur ? » Il regarde sa mère, surpris avant de dire, un léger sourire sur son visage : « Tu vas être maman encore ? » « Hm … Disons plutôt que ton père et moi nous avons l’intention d’adopter. » Il hoche la tête, peut-être qu’elle lui donne l’indice pour confirmer ses soupçons. Il fait comme si de rien n’était et répond : « Alors mon frère ou ma sœur va être très heureux ici ! » Il est terriblement calme et sa mère ne sait pas vraiment ce qu’il pense. A l’intérieur, Sora est une tornade de sentiments qui s’éparpillent. Il ne sait pas trop ce qu’il doit faire : être heureux ? Etre malheureux ? Avoir peur ? Demander si lui aussi a été adopté ? Il choisit de se taire et de continuer la cuisine.

Une année s’écoule avant que sa petite sœur arrive dans la famille Mitsukaze. Elle n’a qu’un an et demi et elle a des origines chinoises. Sora regarde sa petite sœur et ses parents lui ont donné le prénom de Juri. Sora se demande s’il va être un bon grand-frère, s’il sera à la hauteur mais la petite lui sourit et il ne peut que répondre à son sourire, caressant ses cheveux. Le soir-même, la petite fait un cauchemar et Sora va dans sa chambre pour y rester toute la nuit. Il s’y endort même, Juri entre ses bras. C’est ainsi qu’un lien s’est créée entre les deux enfants. A l’école, le jeune garçon est un très bon élève et toujours avec son meilleur ami, ils forment un duo inséparable. Quand on demande à Sora ce qu’il veut faire plus tard, il dit : « Danseur professionnel. » Parce que c’est sa passion, ce qui lui permet de faire voir tous ses sentiments, de s’exprimer librement. Certains se moquent de ça, disent que c’est une fille, déjà qu’il a prénom mixte, ça ne l’aide pas beaucoup. D’autres trouvent ça cool et d’autres encore s’en fichent complètement.

Sa famille est unie et il est heureux mais souvent, la nuit, il fait des rêves. Des rêves où le visage d’autres personnes apparaissent. Tout du moins le sourire car il n’arrive pas à voir les visages et un autre prénom parvient à ses oreilles : Clarence. Bizarrement, il sait que c’est lui, que c’est son prénom et il s’éveille toujours avec la peur au ventre et des larmes qui coulent le long de ses joues. Un soir, alors qu’il a dix ans et que sa sœur s’est endormie, Sora décide d’en parler à ses parents. « Papa, Maman, depuis longtemps je fais de drôles de rêves … Je n’arrive pas à me rendormir derrière quand c’est le cas du coup, je ne dors pas beaucoup … Je ne vois que leur sourire mais j’entends clairement un prénom … Clarence. » Il voit les deux adultes se figer. Il ajoute : « Je sais que c’est mon prénom … Je ne sais pas comment ni pourquoi …. Mais je le sais. J’ai toujours su aussi que vous ne me disiez pas toute la vérité à propos de mes cicatrices. Je ne me suis pas ébouillanté quand j’étais un bébé n’est-ce pas ? » Il voit dans les yeux de sa mère des larmes briller tandis que son père se lève et va chercher quelque chose dans une autre pièce. Sora ne dit rien en attendant, il ne sait pas quoi dire de toute façon … Son père revient et s’assoit à côté de sa femme. Il tend une feuille de papier à Sora et dit : « Nous avions prévu de te le dire un jour. Tu as été adopté quand tu avais quatre ans. Ta mère et moi nous ne pouvons pas avoir d’enfants de façon naturelle et nous avons décidé d’adopter. Seulement, pas de la même manière que les autres parents. Nous voulions adopter plusieurs enfants de pays différents afin qu’ils apprennent ce qu’est la différence mais surtout la tolérance. Nous n’avons pas d’information sur tes véritables parents … Nous savons seulement que tu es le seul rescapé de l’incendie de la maison familiale, d’où tes cicatrices. Ton prénom est, effectivement Clarence et nous l’avons gardé sur les papiers officiels parce que c’est important que tu connaisses ton véritable prénom, il fait partie de ton identité. » Sora regarde le papier et ferme les yeux. Il sait enfin son histoire même si ce n’est que dans les grandes lignes. Il sent comme un poids se dégager de ses épaules. Il a l’impression de se retrouver enfin. Il inspire profondément et dit : « Je me doutais que je n’étais pas réellement votre fils biologique mais vous savez, ça ne change rien au fait que vous soyez mes parents, vous m’avez élevé comme votre propre fils et ça, rien ne pourra jamais le changer. » Les larmes coulent librement le long des joues de sa mère et il lui sourit tendrement. Ils discutent longuement et son père lui donne la chaîne qu’il porte aujourd’hui toujours autour du cou. Cette chaîne qui vient de ses parents biologiques.

Sora connaît maintenant le secret qu’il avait toujours soupçonné mais, est-ce que cela change quelque chose pour lui ? Oui et non. Non car ses parents adoptifs sont toujours été là pour lui, qu’ils le rendent heureux et il leur sera toujours reconnaissant parce que s’ils ne l’avaient pas adopté, qui sait ce qu’il serait devenu à l’heure qu’il est ? Oui, parce qu’il sait que sa vie sera toujours bouleversée tant qu’il ne sera pas qui sont ses vrais parents, comme s’il allait manquer une partie de lui-même. Il sait aussi que sa vie ne va pas être facile parce que, comme le disait les enfants à l’école quand il était plus jeune, il  était un « gaijin », un étranger. Cependant, Sora se sent plus fort maintenant qu’il sait et ça, ça n’a pas de prix pour lui. Il s’entraîne deux fois plus que les autres élèves de sa classe de danse parce qu’il sait maintenant que ce sera plus dur pour lui de se faire une place dans une troupe. Parfois le racisme et l’enfermement d’esprit sont plus forts que le talent ou le travail …

Deux ans et demi plus tard, son meilleur ami a dû déménager loin à cause du travail de son père. Cela a brisé le cœur de Sora qui, en guise de cadeau de départ lui a offert une danse pour le remercier de son amitié, qu’il était triste de son départ mais qu’ils seraient toujours amis. Bien sûr, ils restent en contact mais ne plus avoir son ami avec lui est un déchirement pour Sora. Il a l’impression que toute sa vie est ainsi … Laisser partir des gens auxquels il tient. Alors qu’il est dans un parc, à l’abri des regards, il danse tout en laissant quelques larmes couler le long de ses joues. Il danse jusqu’à être épuisé, s’emmêler les jambes et tomber à la renverse. Quand il s’assoit, il voit un garçon un peu plus vieux que lui le regarder. Il se lève d’un bond et fuit, rouge de honte d’avoir été vu en train de pleurer. Danser n’était pas un problème mais pleurer … Urgh … Il rentre chez lui, totalement essoufflé et en sueur mais sa mère pense que c’est parce qu’il a couru depuis la gare jusqu’à chez eux. Elle sait que son fils est triste donc, elle ne pose aucune question et décide plutôt de lui faire ses plats préférés pour le dîner ainsi qu’une petite pâtisserie. Il adore tout ce qui est sucré.

Il recroise plusieurs fois le garçon qui l’avait vu danser et pleurer. Il fuit toujours, il n’ose pas l’approcher jusqu’à ce qu’un jour, il le croise devant un orphelinat. Enfin, Sora s’est arrêté devant un orphelinat, il se demande comment est la vie à l’intérieur jusqu’à ce qu’une main se pose sur son épaule et qu’il sursaute violemment. Il se retourne pour faire face à ce même garçon. Il a une poigne de fer : « Je vais pas te bouffer, j’ai du mal à digérer les humains. » Sora arrête de se débattre et le regarde droit dans les yeux sans rien prononcer. « T’es pas du genre bavard toi hein ? » Il ne répond rien et le garçon continue : « Qu’est-ce que tu fous là ? Je t’ai jamais vu dans le quartier. » « Je me promenais tout simplement. Tu vis par ici ? » « Je vis ici. » Le garçon donne un coup de tête en direction de l’orphelinat et Sora l’observe de nouveau, les yeux dans le vague. « Bon, qu’est-ce que tu veux savoir ? » Sora hausse un sourcil et hoche négativement de la tête : « Rien, je passais par là tout simplement. Au revoir. » Le garçon crie alors : « Retourne au parc où on s’est vu la première fois ! » Sora hausse les épaules et dit : « On verra ! » sans vraiment se retourner. Il rentre chez lui et se demande pourquoi ce garçon ne lui a pas parlé de ses larmes et pourquoi il là clairement invité à retourner dans ce parc. Au final, il y est retourné pour une raison inconnue et s’est lié d’amitié avec ce garçon prénommé Taiga. Pas une amitié comme celle qu’il a eue avec son meilleur ami mais une amitié tout de même.

Les années passent, Sora se découvre bisexuel lorsqu’il a 17 ans. Au début, il ne veut pas vraiment y croire. Cependant, il doit bien s’y résoudre, il est tombé amoureux d’un garçon de sa classe comme il l’avait fait pour une fille l’année précédente sans rien lui dire. Et pour le garçon, il allait faire de même, encore plus certainement. L’homophobie est grande au Japon … ou tout du moins, il y a beaucoup de gens qui sont homophobes d’après ce qu’il sait. Il garde donc ce secret envers sa famille et envers ses amis(es). On lui pose souvent la question : « Pourquoi tu n’as pas de copine ? ». A chaque fois Sora botte en touche. Il faut dire que le garçon est plutôt mignon même si un peu androgyne sur les bords et plutôt distant et mystérieux, rempli d’une grâce qui fait que les gens n’osent pas forcément aller vers lui. A la fin de ses années de lycée, Sora rentre dans une école de danse où il peut enfin pratiquer sa passion toute la journée –enfin, sans compter les heures de théories bien entendu-.

Malheureusement, son rêve de devenir un professionnel s’écroule alors qu’il a 20 ans. Il se blesse assez gravement. Les médecins disent qu’il ne va pas pouvoir réaliser son rêve et Sora se referme encore plus sur lui-même. Il reste le plus souvent dans sa chambre à lire ou à faire semblant de dormir jusqu’à ce que Taiga ouvre sa porte de chambre, le prenne par le col et l’embarque vers l’extérieur. Oui, il est comme ça Taiga. Il l’emmène jusqu’au parc où ils se sont rencontrés pour la première fois et le lâche sur le sol. Taiga fronce les sourcils et lui hurle dessus pendant une bonne dizaine de minutes. Quand il voit que ça ne fait rien sur lui, il décide d’utiliser une autre méthode : « Oui, tu ne peux pas devenir danseur. Est-ce que ça veut dire que tu ne peux pas être professeur de danse ou quelque chose dans le genre ? J’crois pas non. T’es intelligent ! Utilise ton cerveau p’tain ! » « Je ne peux plus danser autant qu’avant Taiga … » « Ben, ça veut pas dire que tu peux pas être professeur de danse et avoir un autre métier à côté si ? » « La danse c’est toute ma vie … » « Heu … Pardon ? T’as pas d’autres passions peut-être ? » Voyant qu’il ne répond pas, Taiga soupire : « La lecture, la cuisine tout ça, ça te dis rien p’t’être ? » « …. Je ne sais pas, j’ai besoin de temps … » Il hausse les yeux vers le ciel avant de soupirer : « OK mais pas trop longtemps. Tu peux faire quelque chose de bien Sora … » Taiga raccompagne Sora chez lui et le laisse.

Le fait que Taiga le secoue a fait beaucoup de bien à Sora. Il se rend compte qu’il a fait autant de mal à lui-même qu’à sa propre famille. Sa sœur Juri qu’il adore et ses parents qui ont vu leur fils se renfermer sur eux-mêmes. En allant à l’hôpital pour un rendez-vous de contrôle, Sora demande à son médecin : « Docteur, je ne peux plus être professionnel mais est-ce que je peux devenir professeur de danse ? » « Si vous ne dansez pas tout le temps, c’est possible. Avant, il faut tout de même passer par la case rééducation et ensuite, on verra. Il faudra réévaluer. » Sora repart du rendez-vous, toujours sceptique. Si jamais sa rééducation ne marchait pas, que ferait-il ? Il lui faut trouver une alternative, au cas-où. Partir sur son amour pour les livres ou la cuisine est une bonne idée de la part de Taiga. Il se rend donc à la bibliothèque pour faire des recherches sur différents métiers et les formations qu’il faut. Petit à petit, en faisant des recherches plus approfondis, l’idée d’allier les livres et la pâtisserie lui vient grâce à une question sur le net : pourquoi il n’y a pas de café-librairie –ou très peu tout du moins- ? L’idée germe vraiment dans son esprit et il visite les quelques café-librairie dont il a vu l’adresse sur le net. Le concept est intéressant et il se met en tête de faire toutes les formations nécessaires pour pouvoir, un jour, ouvrir son affaire.

Il rentre très vite à l'école pâtissière et travaille à côté dans une pâtisserie pour obtenir un peu d’expérience. En parallèle, par correspondance, il fait des études de libraire. C’est dur mais en tant qu’insomniaque, il n’y a pas vraiment d’autres mots pour le décrire puisqu’il dort très peu, voire pas du tout parfois, il peut se le permettre. Il s’organise à la perfection même s’il n’a plus vraiment beaucoup de temps en dehors de ses formations. C’est ainsi qu’il a vécu pendant deux ans jusqu’à avoir ses diplômes entre les mains. Là, il travaille immédiatement à des « part-time » comme on dit. Le matin, il est pâtissier. L’après-midi, il est libraire. Il gagne son argent honnêtement. Il économise et n’hésite pas à faire des heures en plus pour toucher un peu plus sur sa paie. Il a donc 23 ans.

A l’âge de 24 ans, après ses années de galère et de rééducation, il a la confirmation de son médecin qu’il peut devenir professeur de danse à condition qu’il fasse attention. Evidemment, il saute sur l’occasion et prend des cours du soir afin de devenir professeur. Là encore, il court de partout entre ses deux boulots plus ses cours mais il est heureux ainsi et il y arrive. Enfin, heureux, il n’y a que lui qui peut vraiment le dire puisque cela ne se voit pas vraiment au premier coup d’œil. A l’âge de 26 ans, il termine sa formation et devient professeur de danse. C’est aussi à cet âge-là qu’il trouve une petite annonce pour reprendre un commerce sur Mihara. Le prix est très raisonnable car il y a de nombreux travaux. Avec l’aide des économies qu’il a faites et de sa famille aussi, il réussit à acheter ce commerce et le transforme en un café-librairie où il ne compte pas ses heures. Il trouve aussi un job de professeur de danse à côté pour mettre un peu de beurre dans les épinards. Le début est difficile mais aujourd’hui, il s’en sort. Petit à petit. Il tente aussi de régler ses dettes envers ses parents même si ces derniers lui disent de prendre son temps. Certes, il est loin de ce qu’il a toujours connu mais un nouveau départ c’est aussi, parfois, une bonne chose …

Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Ven 7 Juil - 23:47
Bienvenue o/
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1448
Date d'inscription : 28/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Administrateur
Sa majesté impose le respect
Sam 8 Juil - 11:30
Bonjour et bienvenue parmi nous o/
J'espère que tu apprécieras les moments avec nous ♥
Pour ta demande de vava, je m'y atèle maintenant bien que, normalement, elle est seulement accessible pour les validés héhé ; je vais faire l'impasse cette fois et je te fais confiance pour terminer ta fiche =)
Je ne voudrais pas me retrouver à faire un vava pour ne pas voir le membre valider sa fiche o/

En tout cas, bonne continuation pour ta fiche et fais moi signe quand tu auras terminé ♥

Passons aux choses sérieuses et à la partie que je préfère, on va pas se le cacher, j'ai nommé le lancer de dés o/ Est-ce que la chanse sera avec toi ?! Rien est moins sûr !!
//roulementdetambour//
TADADADADAM
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1448
Date d'inscription : 28/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Administrateur
Sa majesté impose le respect
Sam 8 Juil - 11:30
Le membre 'Gabriel Stevens' a effectué l'action suivante : Es-tu chanceux ?


#1 'Groupe humain' :


--------------------------------

#2 'Influençabilité' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 25 ans
Influençable : Niveau 1
Messages : 915
Quartier : Kabukicho
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Lewis White
Fayotte by Aloïs !
Sam 8 Juil - 11:43
Bienvenue !
On peut dire que t'as de la chance, sans trop en avoir. x') J'ai hâte de lire la suite de ta fiche en tout cas ** !




✿ Merci Kamy pour l'avatar & la signature.
✿ Merci Aliona pour l'avatar.

#ec838c.
L'œuvre d'art du Caddie. By Noah:
 
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Sam 8 Juil - 12:52
Rudy : Merci beaucoup :) !

Gabriel : Merci pour ton accueil et pour l'avatar ! Je suis désolée, je n'avais pas vu ça *boulet* Je m'attèle immédiatement à ma fiche, ne t'en fais pas !

Lewis : Merci :) Effectivement, je ne sais pas si je dois me réjouir ou pas xD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 24 ans
Influençable : Niveau 4
Messages : 793
Quartier : Yanaka
Date d'inscription : 06/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Weidmann Naoki
Toy soldier of Justice
Sam 8 Juil - 16:40
Bienvenu, bienvenu ~
Mein gott, j'aime déjà ton personnage, hâte de voir la fiche finis !
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Mar 11 Juil - 16:29
Naoki : Merci beaucoup pour le compliment ♥

Anastasia : Oh, je n'avais pas vu qu'elle travaillait dans un café-librairie :) On en discutera ;) Merci en tout cas ♥

Je pense avoir terminé ma fiche (enfin xD) Merci par avance ♥
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1448
Date d'inscription : 28/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Administrateur
Sa majesté impose le respect
Mar 11 Juil - 18:32
Tu es validé(e)
Tout ça me convient !! L'histoire est loooongue, très longue D= Mais rien à redire ♥

Du coup, je te valide ! Ton avatar est recensé et tu peux donc commencer à RP o/

Quelques trucs à faire maintenant !
► Va créer ton journal afin de tenir tes relations et RP's à jour
CLIQUE ICI

► Pour obtenir ton logement, il te suffit de passer sur le sujet suivant
CLIQUE ICI


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mihara :: L'administration :: Faire sa carte d'identité :: Les anciens-
Sauter vers: